Val de Loire

StorieRégionales, #2 – Perico Legase tête de liste pour Marc Fesneau, Meeting virtuel pour Charles Fournier, Guillaume Lapaque jette l’éponge…

François Bonneau a dévoilé sa liste aussi…

Double scrutin les dimanches 20 et 27 juin en Indre-et-Loire : on vote à la fois pour renouveler le Conseil Départemental basé à Tours et le Conseil Régional situé à Orléans. Des élections décalées de 3 mois à cause de la crise sanitaire, et qui vont avoir des conséquences sur la politique des 6 prochaines années. La campagne commence tout juste. Pour la suivre, vous pouvez compter sur Info Tours : au fil des semaines, nous vous proposerons régulièrement des points sur l’actualité des différentes forces en présence.

-------------

Perico Legase tête de liste LREM-Modem

L’annonce de sa présence sur la liste de Marc Fesneau, (Modem) avait fait causer. Perico Legase, journaliste, rédacteur en chef à Marianne, sera même tête de liste en Indre-et-Loire sur la liste centriste Modem-LREM conduite par le ministre en exercice. Une sacrée surprise vu que le journaliste de profession ne s’est pas montré tendre envers Emmanuel Macron et la politique du gouvernement ces dernières années. Dans le jargon, on appelle cela une prise de guerre en revanche pour Marc Fesneau qui voit là un candidat médiatique, fort en gouaille, mener ses troupes en Indre-et-Loire.

A ses côtés, Perico Legase sera entouré de Sonia Pareux, là encore une surprise, cette dernière étant jusque-là connue pour son engagement associatif pour le festival inclusif « Autrement Dit » notamment. Enfin en troisième de la liste on retrouve le député Daniel Labaronne.

Grand raout virtuel pour Charles Fournier

Candidat écologiste, menant une liste d’alliance avec Génération.s et la France Insoumise notamment, Charles Fournier a tenu un grand meeting virtuel ce jeudi soir en Touraine. Si vu le contexte sanitaire il était impossible de faire venir du public, Charles Fournier a tenu néanmoins à marquer le coup puisqu’il était entouré d’Emmanuel Denis, le maire de Tours mais aussi de la maire de Poitiers (EELV) Léonore Moncond’huy et des députées européennes Marie Toussaint (EELV) et Manon Aubry (FI). L’objectif est clair pour le vice-président sortant : arrivé si ce n’est en tête, au moins en tête de la gauche et donc devant la liste conduite par le président socialiste sortant François Bonneau, au soir du premier tour, afin d’envisager un rapport de forces favorable au second tour.  

François Bonneau a dévoilé sa liste

S’il dit regretter l’absence de rassemblement avec les écologistes, François Bonneau continue sa campagne en se basant sur son bilan et en avançant un rassemblement avec les communistes et Cap Ecologie. Cette semaine, il a présenté les 89 noms présents sur sa liste. En Indre-et-Loire, celle qui mènera la campagne comme tête de liste départementale est une agricultrice de profession, Temanuata Girard. Elle sera accompagnée par Jean-Patrick Gille, Michèle Maarek, Mohamed Moulay, Catherine Gay, Pierre-Alain Roiron, Marie-Pierre Cuvier, Charles Girardin, Cathy Münsch-Masset, Mathieu Richet, Mary Plantureux, Michel Soulas, Naoële Hoceine, Adrien Debré, Isabel Teixeira, Léo Gore, Rabia Bouakkaz, Fabien Lemettre, Martine Tartarin et Yves Godard.

Guillaume Lapaque jette l’éponge

Il avait été un des premiers à officialiser sa candidature en fin d’année 2020, finalement Guillaume Lapaque jette l’éponge. Celui qui est par ailleurs président de la fédération des commerçants d’Indre-et-Loire souhaitait porter la voix de ceux que l’on n’entend pas disait-il, ancrant sa candidature comme de droite mais indépendante. Un temps rejoint par le blaisois Gildas Vieira, finalement parti rejoindre la liste de Christelle de Crémiers, Guillaume Lapaque jette aujourd’hui l’éponge, dénonçant notamment une campagne impossible en raison des restrictions de déplacement. Guillaume Lapaque se dit déçu, regrettant une inégalité des chances sur cette campagne qui favorise selon lui les grosses écuries et les candidats sortants, plus libres de leurs mouvements.

Un désormais ex-candidat qui y voit par ailleurs un danger supplémentaire pour la démocratie avec le risque d’un désintérêt profond des électeurs…