Tours

Covid-19 en Touraine : l’épidémie reste faible, les centres de vaccination saturés

Mais les conditions du pass sanitaire vont s’assouplir.

Lundi soir à la télé, Emmanuel Macron s’est voulu ferme pour tenter d’éviter une 4e vague Covid dès cet été, annonçant l’obligation du pass sanitaire dès le 21 juillet dans les lieux de loisirs comme les cinémas ou les châteaux, puis début août dans les cafés, restaurants ou TGV. La conséquence désirée ne s’est pas faite attendre : le site Doctolib a été pris d’assaut afin d’obtenir des rendez-vous dans les centres de vaccination tourangeaux.

Quand on regarde ce mercredi, aucune disponibilité n’est proposée au centre du Vinci de Tours, et ce malgré 37 salles d’injections. Pareil pour le site du CHU de Tours à Bretonneau. Il faut attendre le 28 juillet pour un rendez-vous à Saint-Avertin, le 30 à Loches. Rien de disponible à Joué, Saint-Cyr-sur-Loire, Amboise, Beaumont-en-Véron et Neuillé-Pont-Pierre. Une solution tout de même mais qui risque d’être prise d’assaut : le centre amboisien doit proposer la vaccination sans rendez-vous ce jeudi 15 juillet de 10h à 16h.

De son côté, mardi soir, le ministre de la santé a annoncé quelques assouplissements après le discours présidentiel. Ainsi, il faut attendre une semaine après sa deuxième injection pour avoir un passeport vaccinal complet contre deux semaines aujourd’hui. Les 12-17 ans ne seront pas obligés de présenter un pass avant le 30 août. Et on pourra tomber le masque dans certains lieux soumis à un contrôle par QR code… si l’épidémie ne s’emballe pas.

En Touraine ce n’est pas du tout le cas pour l’instant. Le taux d’incidence reste faible à 15,7 cas pour 100 000 habitants et 21 dans le territoire de Tours Métropole (le seuil d’alerte est à 50). 95 infections ont été détectées entre le 4 et le 10 juillet soit 0,7% des 14 000 dépistages réalisés dans le département sur cette période. 11 personnes sont hospitalisées pour Covid dans les services de médecine et 7 en réanimation. Des chiffres plutôt stables. Concernant la vaccination, 346 000 personnes ont reçu au moins une dose en Indre-et-Loire soit plus de la moitié de la population. Elles sont 243 000 à avoir eu deux piqûres.