Tours

Comment le recyclage du plastique va progresser en Touraine

Avec l’initiative de l’association Precious Plastic.

On a suivi le projet dès ses premiers mois d’existence et on peut constater ses avancées. En 2020, l’association Precious Plastic Touraine s’est fait connaître avec le lancement du premier budget participatif du Conseil Départemental d’Indre-et-Loire. Elle a brillamment remporté la campagne de votes et obtenu une subvention de 23 000€. Créée par le designer industriel Christophe Lejarre, elle ambitionne de récupérer du plastique pour le transformer en objets selon un modèle développé dans plusieurs dizaines de lieux en France et un peu partout dans le monde. 

L’idée : faire du recyclage avec des machines conçues selon des plans ouverts à tous ce qui les rend beaucoup moins chères à produire. Le modèle est le suivant : l’association récupère du plastique auprès des commerçants, des entreprises ou des citoyens (mobilier de jardin, jouets, plastique à usage unique…), qu’ils soient recyclables via la poubelle jaune ou non. Elle broie ces déchets, les extrude, les travaille et les transforme avec ses machines. Enfin, les objets produits sont revendus par une entreprise parallèle à l’association.

Début d’activité à l’automne avec portes ouvertes

Le process est encore en cours de montage. L’argent du Département a servi à acquérir les premières machines et de premiers tests de fabrication ont été effectués. Début septembre, Precious Plastic va emménager dans un grand local de 170m² au nord de Tours dans l’ancienne colonie pénitentiaire à Mettray, et c’est là – au milieu d’artistes ou de compagnies de théâtre – qu’elle va débuter son travail. Le recrutement d’un service civique est programmé dès octobre avant l’embauche d’une personne à temps plein pour début 2022. Afin de financer tout ça, l’association se lance dans une nouvelle campagne de financement participatif, cette fois parrainée par la Région Centre-Val de Loire. Objectif : atteindre 12 000€ d'ici le 6 septembre (plus de la moitié de la somme a déjà été rassemblée au moment de publier cet article).

Exemple d'objets réalisés selon le protocole Precious Plastic.

« Notre ambition c’est de s’inscrire dans une dynamique territoriale » explique Christophe Lejarre qui veut éviter à tout prix l’enfouissement des déchets plastique ou leur envoi très loin pour le recyclage (dans la région il y a peu de filières dédiées). Une cinquantaine de personnes militent avec lui.

« En ce moment nous sommes en train de mettre au point nos moules, par exemple pour créer un pied de table simple à fabriquer. On envisage aussi de faire des chaises ou différents accessoires comme des médailles pour les concurrents des 10km de Tours. »

En partenariat avec l’école d’ingénieurs Polytech, Precious Plastic compte mobiliser les étudiants via leurs projets de fin d’études et de stages. L’association souhaite aussi accueillir les scolaires ou le grand public. Des portes ouvertes sont prévues dès le 7 septembre à l’occasion de l’événement tourangeau France Design Week, puis d’autres ouvertures au public suivront à l’automne ou pour la Journée du Recyclage de mars 2022 avec la possibilité de suivre tout le processus de recyclage voire de repartir avec de petits objets fabriqués devant soi. « On veut faire venir du monde pour que le procédé soit moins obscur » plaide Christophe Lejarre.

Le véritable enjeu sera la récupération de la matière première, de préférence auprès des entreprises : « On pourrait même les inciter à s’équiper d’un broyeur de plastique pour qu’elles réduisent le volume de leurs déchets. Ainsi on leur enverrait par exemple un camion tous les 6 mois au lieu d’un convoi par mois ce qui serait bénéfique pour l’environnement. La réalité c’est que beaucoup de déchets plastique ne sont pas recyclés parce qu’ils prennent trop de place » souligne Christophe Lejarre, ambitieux à l’idée de créer une chaîne de transformation tourangelle pour transformer les déchetrs plutôt que les jeter. « Tout ce qu’on pourra traiter à la source on le fera » conclut-il.

Olivier Collet