Tours

« Honneur et fierté » : 4 pompiers de Touraine au défilé du 14 juillet

2 hommes, 2 femmes.

Chaque année un bataillon de pompiers prend place dans le défilé de la Fête Nationale à Paris, en provenance des différentes zones de défense du pays. Au jeu de l’alternance, en 2021 c’est au tour du secteur Ouest qui comprend Bretagne, Normandie, Pays de la Loire et Centre-Val de Loire. Dans certains cas un département est chargé de représenter toute sa grande région… Là, le choix a été fait d’envoyer 4 effectifs de chaque SDIS soit 80 personnes dont 4 qui exercent en Indre-et-Loire.

« Nous sommes arrivés le soir du mercredi 7 juillet et depuis nous répétons tous les jours » raconte l’adjudant-chef Stéphane Chaussepied, 49 ans, pompier professionnel et affecté au centre de secours Sud-Agglo à Joué-lès-Tours. Logés dans l’école HEC à Jouy-en-Josas, les soldats du feu sont encadrés par les militaires qui les font travailler tous les jours sur leur base de Satory près de Versailles :

« Comme au service militaire c’est réveil matinal, déjeuner en commun… On suit les ordres. Il faut être rigoureux, très ponctuel. Il n’y a pas autant de rigueur chez les pompiers civils, là on doit se plier aux consignes. »

Sélectionnés après un processus de candidature interne, les pompiers du SDIS 37 ont donc moins d’une semaine pour apprendre à marcher en rythme et bouger leurs bras de façon adéquate. « On a la pression, il faut être parfait » souligne Stéphane… d’autant qu’une partie du groupe sera écartée au dernier moment, et intégrée sur une liste de remplaçants. « C’est de la pression, mais une pression positive car c’est une grande fierté de représenter l’ensemble des sapeurs-pompiers et de défiler sur les Champs Elysées. »

Conseillère en immobilier et pompier volontaire depuis 5 ans à Joué, Fanny Ligeza ne dit pas autre chose. A 25 ans, elle se sent privilégiée :

« On touche le rêve du doigt, on est sur notre petit nuage. La préparation est intense mais on se serre les coudes, nous sommes tous contents d’être là et on ne se plaint absolument pas, rien que pour les personnes qui voulaient défiler et qui n’ont pas été retenues. »

Parmi les souvenirs qui resteront : la répétition en situation vendredi au lever du soleil : « On avait les Champs Elysées pour nous tous seuls, c’était super » se remémore Stéphane. Pour le 14 juillet, lui et ses collègues descendront les 2,5km de la plus belle avenue du monde précédés par l’école des officiers des sapeurs-pompiers et suivis par les pompiers de Paris. « Nous seront positionnés par taille » indique l’adjudant-chef référant de la délégation tourangelle parfaitement paritaire puisqu’elle est composée de deux hommes et deux femmes, deux pros et deux volontaires.

Dans le groupe, il y a donc aussi Léa Janvier, 20 ans, entrée Jeune Sapeur-Pompier dès 2012, devenue volontaire à ses 16 ans. Actuellement en études pour devenir infirmière elle est basée au centre de Descartes et travaille aussi en renfort pour le SAMU. « Je suis tellement contente d’être là, on donne tout ce qu’on a » glisse-t-elle avant d’aller déjeuner. « On se soutient, on est un très bon groupe qui a envie d’y aller » confirme Raphaël Palluau, ex marin-pompier de Marseille passé par le centre de Luynes-Fondettes et aujourd’hui à la caserne du Boulevard Wagner de Tours. Le caporal de 25 ans est le seul qui a déjà eu la chance de participer à un tel événement via ses fonctions dans les Bouches-du-Rhône.

Ce mercredi, tous se lèveront aux aurores pour les derniers préparatifs. On les attend à 8h sur les Champs, 2h avant le départ officiel du défilé de la Fête Nationale. Suivra un temps convivial puis le retour en Touraine en fin de journée.

Olivier Collet / Photos : SDIS37