Tours

[Sans filtre] « L’échangeur de l’A10 va rester en place à Tours-Centre »

Le maire de Tours prône son maintien tout en vouloir revoir ses fonctions...

Faut-il supprimer l’entrée-sortie de l’A10 à Tours-Centre, celle qui donne sur le Boulevard Heurteloup et le rond-point des Français Libres à Saint-Pierre-des-Corps ? Il y a quelques mois, des déclarations du vice-président aux transports de Tours Métropole Christophe Boulanger avaient semé le trouble et lancé un débat relayé notamment par l’élu de droite Thibault Coulon.

« Cela fait des années que Tours-Centre est congestionnée, la vie des riverains n’est pas évidente mais si on la fermait on inverserait le problème car les voitures passeraient par l’Avenue Pompidou » observait fin 2020 Frédéric Augis, maire de Joué-lès-Tours et vice-président en charge des infrastructures pour l’agglo. « L’objectif global c’est de réduire les circulations polluantes. Il faut une étude globale de circulation » estimait alors le maire de Tours Emmanuel Denis. 6 mois plus tard, nous avons de nouveau interrogé l’élu EELV, dans le cadre d’une grande interview pour son 1er anniversaire à la tête de la ville.

Décaler les heures de travail et développer le covoiturage

« L’échangeur de Tours-Centre va rester en place, on ne va pas le supprimer mais il faut voir si on peut lui donner une autre orientation pour que ce ne soit plus un déversoir qui envoie un grand nombre de voitures dans le centre-ville de Tours » précise-t-il. S’il n’est pas favorable à la création d’un nouveau pont sur la Loire, Emmanuel Denis est en revanche bien plus ouvert à la construction d’un nouveau échangeur autoroutier sur l’A10, positionné au niveau des Atlantes et du quartier Rochepinard : « Ce serait un bon moyen d’alléger la circulation, en particulier lors des périodes de congestion du matin et du soir. »

Cette hypothèse fait plutôt consensus au sein du conseil métropolitain, défendue par exemple par le maire de Saint-Pierre-des-Corps qui le voit comme un dossier « urgent ». Des études sont en cours. Cela dit, Emmanuel Denis ne veut pas se limiter à ça. A la rentrée, il veut lancer ce qu’il appelle un « Bureau des Temps » en partenariat avec les grands employeurs tourangeaux comme le CHU, la SNCF ou ST Microelectornics. Son idée : étaler les heures d’embauche et de débauche pour ne plus avoir de gros bouchons entre 7h30 et 8h30 puis de 17h30 à 18h30, mais un flux de véhicules plus diffus. « On a suffisamment de voies qui traversent la Loire pour faire passer les voitures. En moyenne leur taux d’occupation est de 25% » argumente le maire de Tours qui compte aussi développer le covoiturage :

« Si chaque personne qui va travailler en voiture 5 fois par semaine partage son trajet au moins une fois ça résoudra toutes nos problématiques. »

En parallèle, Emmanuel Denis confirme que hors période de travaux la tendance n’est pas à la réouverture du Pont Wilson aux voitures : « Si ça n’avait pas fonctionné, s’il n’y avait pas eu de vélos dessus, nous n’aurions pas persisté. Or nous avons tout de suite observé un engouement comme ailleurs en France où l’on observe qu’il n’y a plus de vélos nulle part quand on veut en acheter. » Le développement des pistes cyclables va donc se poursuivre de façon intensive dans les 5 prochaines années.

L’interview intégrale du maire de Tours est à lire sur 37 degrés.