Tours

Crise à Tours Métropole : Wilfried Schwartz se défend

Et maintient sa candidature aux Départementales…

C’est une conférence de presse singulière qui était organisée ce jeudi après-midi à l’Hôtel de Ville de La Riche. Wilfried Schwartz avait convié les médias pour expliquer les raisons de sa démission du poste de président de Tours Métropole, mais aussi pour revenir sur les accusations,portées sur lui depuis la veille, en particulier de violences physiques sur son directeur de cabinet (le rappel des faits dans cet article).

Dans l’habituelle salle du Conseil c’est d’abord une grande partie de la majorité municipale qui s’est présentée face aux journalistes, accompagnée par des soutiens du maire de la commune. Quelques minutes plus tard, Wilfried Schwartz s’est présenté au pupitre pour lire une déclaration.

« Face aux allégations et aux accusations portées à mon encontre, il en va de mon honneur d’homme de prendre la parole »a-t-il déclaré.

« En faisant le choix de m’engager en politique je pressentais les difficultés auquel un élu peut être confronté, mais j’étais très loin de m’imaginer que la petite politique, l’arrière-cuisine politicienne qui dégoûte nos concitoyens était un monde où tous les coups bas sont permis et où certains estiment que pour servir leurs intérêts personnels et privés ils peuvent salir l’honneur d’hommes et de femmes politiques »a poursuivi Wilfried Schwartz qui est apparu touché par les récents événements.

« Ces coups bas je les ai vécus endurés depuis que je suis maire » dit-il encore en évoquant des propos calomnieux à la veille des dernières élections municipales.

« Une nouvelle fois la temporalité des incidents interroge. Je ne m’abaisserai à orchestrer la polémique mais j’ai été surpris d’apprendre que certains avaient travaillé à ma démission il y a quelques jours, avant même que je ne le fasse. »

S’il confirme à demi-mots son intention de démissionner de son poste de président de l’intercommunalité, il explique cependant :

« J’assurerai le fonctionnement opérationnel de la Métropole et je réitère ma proposition d’un nouveau mode de gouvernance avec une présidence tournante. Je réunirai les maires de la Métropole la semaine prochaine afin que ces engagements soient pris. »

Après ces quelques minutes de déclaration au cours desquelles il a également affirmé maintenir sa candidature aux élections départementales en binôme avec Solenne Marchand (Ils sont arrivés en tête au premier tour), Wilfried Schwartz a immédiatement quitté la salle, laissant son avocat, Clément Leroy répondre aux questions, notamment au sujet des accusations portés à l’encontre de son client.

Revenant sur les accusations de violence physique par le directeur de cabinet du président de la Métropole, l’avocat a évoqué une discussion houleuse tout en rejetant les accusations de coups portés. « C’était à huis-clos dans un bureau avec seulement ces deux personnes » a-t-il indiqué laissant entendre que c’était parole contre parole. Me Clément Leroy a insisté, comme son client, sur le fait de ne pas vouloir alimenter une éventuelle théorie du complot, tout en jetant le doute sur les intentions politiques qui pourraient se cacher derrière les événements qui touchent l'élu…