Tours

Fête de la Musique : les règles définitives en Indre-et-Loire

Des décisions fluctuantes et contestées.

Ce lundi 21 juin on fête la musique partout en France… mais en mode Covid. Du coup il ne va pas se passer grand-chose, beaucoup d’instruments vont rester silencieux, de nombreuses cordes vocales ne vibreront pas. Malgré la fin du couvre-feu ce dimanche, il faut toujours organiser des concerts assis, et surtout aucun spectacle de rue. De nombreuses villes ont renoncé à faire quelque chose comme Amboise, Loches ou Chinon. D’autres ont maintenu des événements en s’adaptant, par exemple en faisant des concerts en plein air dans des périmètres définis comme Sainte-Maure-de-Touraine, Tours, Montlouis, Ballan-Miré, Mazières-de-Touraine ou Semblançay. Certaines communes font ça dès ce samedi, d’autres lundi.

Et dans les bars alors ? Toute la semaine ce fut le flou. Mercredi, la préfecture d’Indre-et-Loire a annoncé que tout concert serait interdit, mais jeudi la ministre de la Culture a expliqué des mini concerts en petit comité seront possibles, y compris dans les restaurants.

Finalement, la préfecture tourangelle a légèrement revu sa position, avec beaucoup de fermeté (dans le but d’éviter que les spectacles se terminent en grand rassemblement incontrôlé susceptible d’entraîner des contaminations). Voici les règles :

« Les concerts organisés dans les bars et restaurants seront interdits dans les zones les plus densément peuplées, en terrasse comme à l’intérieur. Cette interdiction s’appliquera donc aux centres-villes et centres-bourgs des communes de Tours, Amboise, Avoine, Bléré, Bourgueil, Château-la-Vallière, Château-Renault, Chinon, Descartes, Langeais, L’Île-Bouchard, Loches, Montlouis-sur-Loire, Monts, Neuillé-Pont-Pierre, Neuvy-le-Roi, Sainte-Maure-de-Touraine et Vouvray.

Dans les autres communes du département, les concerts dans les bars et les restaurants resteront autorisés, à condition de respecter le protocole applicable (jauge de 50% en intérieur notamment). Les forces de la Police et de la Gendarmerie nationales contrôleront le respect de ces obligations. »

Ces règles suscitent l’incompréhension de beaucoup de bars, mais aussi du président des commerçants d’Indre-et-Loire Guillaume Lapaque. Il s’est agacé en prenant l’exemple de Bourgueil où il travaille :

« Nos petites villes et villages ont souvent un accès à la culture plus restreint que dans les grandes villes. Soyez chic : souffrez que pour une fois les restrictions s'appliquent aux villes, et que nos zones rurales en soient épargnées ! Et venez à Bourgueil fêter avec nous la Musique : vous pourrez constater que nous savons conjuguer cette fête avec les impératifs de sécurité sanitaire. »