Tours

[#MIAM] Plan fraîcheur de l’été à Tours : les menus du Potager Contemporain

Le nouveau restau du CCC OD.

Dès son ouverture en 2017, le Centre de Création Contemporaine Olivier Debré de Tours misait sur la gastronomie avec son Café Contemporain et une salle cosy offrant – notamment – une vue plongeante sur la Nef qui accueille les œuvres les plus spectaculaires du bâtiment. Après 3 ans sur place, et de chouettes créations bistronomiques, les gestionnaires sont partis mener une autre aventure en ouvrant Pia Pizzeria Place Châteauneuf. Leur remplaçant vient d’arriver, une excellente raison de casser le traditionnel plan ciné-restau et de lui préférer un rencard expo-restau…

Devenu Le Potager Contemporain, la table du CCC OD est désormais drivée par Stan, que vous avez peut-être déjà vu graviter du côté de La Petite Cuisine Rue Voltaire (la cheffe de cette adresse qualitative n’est autre que sa compagne). Amoureux des bons produits bien sourcés, le garçon récupère certains ingrédients directement dans son jardin de Tours-Nord, quartier Ste Radegonde. Il prévoit également de poser des bacs de culture sur le toit de l’institution et d’utiliser le miel en provenance des ruches qui y sont déjà.

Ouvert du mardi au dimanche (12h-18h), Le Potager Contemporain propose à la fois des places en intérieur ou en terrasse selon l’humeur et la météo. La carte est renouvelée en profondeur chaque semaine, et au détail selon les arrivages quotidiens. Vous y trouverez 3 entrées (dont une soupe), 3 plats (dont un sandwich) et 3 desserts (dont un fondant au chocolat) pour une addition qui oscillera entre 25 et 30€ si vous faites un repas complet avec une boisson ou un café.

On a pris une table un jour de grosse chaleur et on a commandé la soupe de fanes de carottes pour commencer. Joliment décorée de graines de sésame noir, elle cache des poids, des petits bouts de lard et un peu d’oignon. De son côté, le pressé de poulet est presque aussi copieux qu’un plat et tout aussi séduisant. Suit le plat principal une poke bowl qu’on a demandé au saumon et que l’on aurait pu exiger au tofu. Base riz-quinoa assaisonnée avec élégance, réhaussée d’un assortiment de fruits et légumes crousti-fondant, et c’est l’excellente idée de la recette : y avoir ajouté de quoi craquer dans la bouche.

Les plats s’enchaînent rapidement, avec un service dynamique et attentif. Ce qui encourage pour prendre un dessert : une soupe de fraises avec sa meringue combawa (et le retour des graines de sésame noir). Un ensemble pour conclure en douceur, mais qui aurait sans doute mérité un ingrédient capable de le rendre un peu plus taquin (on pourrait faire la même remarque à la soupe). On repart l’estomac satisfait et bien rempli sans qu’il ne déborde, et surtout avec la satisfaction d’avoir dégusté des mets bien pensés, bien présentés. Une exposition savoureuse.

Un dernier conseil : réservez.