Tours

[En vitrine] Pour l’été, un maillot de bain tourangeau 100% recyclé

Et tout fruité.

Mardi Matin est encore une jeune marque. Fondée par deux Tourangelles, elle a toujours eu envie de proposer des vêtements éthiques c’est-à-dire fabriqués en petite quantité pour éviter le surstock, et en collaboration avec des usines européennes (en l’occurrence au Portugal). Au fil des mois on a découvert ses pulls, ses hauts… Ambiance marinière, style casual, un peu décalé aussi. C’est encore l’idée du nouveau produit disponible au moment de ces premières chaleurs de 2021 : un maillot de bain (pour homme).

« Avec mon associé on est épouses, mamans, donc on avait envie de créer quelque chose qui corresponde aux papas et petits garçons » explicite Morgane Delahousse, cofondatrice de la société.

Particularité du short en question (au design fruité banane-citron signé de l’illustratrice Coline Girard) : il est exclusivement composé de matières recyclées…

« Nous travaillons avec l'entreprise Seaqual qui envoie des milliers de plongeurs récupérer les déchets plastique des océans (sacs, filets de pêche, bouteilles…). Ensuite ils le transforment en fil pour du textile. Cela consomme moins d’eau à la production, et moins de matière première : un maillot c'est 10 bouteilles. L’ensemble supporte le sel de la mer et le chlore. Il sèche très rapidement, il est hyper confortable… C’est un vrai maillot de bain ! »

Et comme les autres objets de Mardi Matin, il n’y en aura pas pour tout le monde. Juste 110 exemplaires : « Quand on dessine un produit, on ne le fabrique qu’une fois avec des exemplaires numérotés. On n’a pas plus que ce que le consommateur demande » détaille Morgane Delahousse, sans exclure d’augmenter le quota si la demande progresse (les modèles sont d’ailleurs créés en partie avec les retours de la clientèle).

Une stratégie qui permet à la marque d’évoluer tranquillement (par exemple elle a aussi développé des modèles unisexe, encore rares dans la mode)… « Ce n’est pas simple mais comme on vend sur Internet on ne se sort pas trop mal de la crise sanitaire » détaille la cofondatrice de l’enseigne. « Néanmoins, pour se faire connaître il faut aller à la rencontre du public et on a eu du mal à le faire ces derniers mois. Heureusement on a un bon relais de boutiques en France et en Belgique. » Une vente privée est également prévue ce jeudi 17 juin (18h) au 12 Boulevard Heurteloup à Tours… en parallèle d’une campagne de préventes sur Ulule.