Tours

Tribunal de Tours : les nouvelles portes sont ouvertes

Après 3 ans de travaux.

Il reste encore des palissades et installations provisoires mais depuis quelques jours le parvis du Palais de Justice de Tours a une autre allure. Creusées dans le mur en pierre du XIXe siècle fraîchement blanchi, trois grandes portes ne demandent désormais qu’à être utilisées. Elles constituent les nouveaux accès au tribunal, profondément rénové pour être plus accessible et fonctionnel.

Avant, l’entrée et la sortie se faisaient à l’étage du dessus, par les grandes portes monumentales. Pas d’ascenseur disponible à l’extérieur pour les personnes à mobilité réduire et des locaux exigus… ce n’était pas très engageant. Désormais, le bâtiment dispose d’un large hall pour l’accueil, avant de rejoindre l’étage supérieur et les salles d’audience. C’est l’opération phare du chantier débuter en 2018, qui devait s’achever un an et demi plus tard mais a donc pris un retard considérable. Sans parler du coût qui a presque triplé, passant de 3 à 8,7 millions d’€.

 

La facture ne comprend pas que le réaménagement de l’accès public. C’est tout un programme de transformation et de réorganisation du Palais de Justice qui a été engagé, et qui va encore se poursuivre pendant plusieurs mois.

A suivre : de nouvelles geôles pour les prévenus en attente d'audience, ainsi qu’un espace d’archives de près de 900 mètres linéaires. Des travaux présentés comme indispensables pour permettre la tenue d’audiences dans des salles dédiées, et non plus dans les bureaux des magistrats, ce qui posait - nous dit-on - de nombreux problèmes pratiques, de confidentialité et de sécurité. Ces opérations permettent également de disposer de circuits sécurisés pour les détenus.

A cela s’ajoute le rapatriement des audiences et personnels qui officiaient dans le tribunal d’instance. Ils emménagent dans les anciens locaux de La Poste Béranger.

 

Une autre phase des travaux vise à rénover le réseau informatique et la téléphonie afin d’améliorer les capacités informatiques de l’institution, notamment dans le but d’intégrer la procédure pénale numérique. Un dispositif permettant un échange dématérialisé, donc plus efficace, entre les services de police, de gendarmerie, et les magistrats. Enfin, 300 000€ permettront la réfection d’une vingtaine de bureaux, de sanitaires et espaces communs avant la création d’un patio, la transformation des combles en bureaux, et des réaménagements pour bénéficier de salles d'audience supplémentaires.