Tours

5 expos chaudement conseillées dans les galeries de Tours Métropole

A visiter dès ce week-end.

Les galeries d’art ont rouvert ce mercredi 19 mai alors foncez-y ! Il y a plein de découvertes à faire, voici une petite sélection tourangelle (non exhaustive) :

 -------------------

Galerie Rêvons c’est l’heure, Rue du Grand Marché à Tours :

C’est Gérard Cambon qui présente son travail. « Cet artiste est très connu dans le milieu de l'outsider art (il a été exposé dans de grandes galeries à New York notamment). Nous avons la chance de pouvoir exposer ses œuvres à Tours et nous sommes ravis de faire découvrir son univers aux Tourangeaux. Nous aurons de nombreuses pièces (environ 50) : Nambias, locomobiles, bateaux, grandes-roues, manèges... Cette expo se veut un excellent remède contre la morosité ambiante, un beau moyen de s'évader et de s'amuser aussi » annonce l’équipe de la galerie.

 

Galerie Olivier Rousseau, Rue de la Scellerie à Tours :

Ce samedi dernier jour de l'exposition Confidences et la découverte d'un nouvel accrochage des œuvres de Marina Ho et de Joseph-Antoine d'Ornano. Vous pourrez également découvrir une sélection d'œuvres de Sandrine Paumelle « dont l'univers s'accorde à merveille avec les deux autres artistes » dit le galeriste. Enfin, vous verrez en avant-première 2 nouvelles œuvres de David Benoit dont un buste en bronze, hommage à l'Antique. Ensuite, rendez-vous vendredi 28 mai après-midi pour le vernissage de Magnétique, la nouvelle exposition de Philippe Berthommier (elle sera visible du 27 mai au 3 juillet).

 

Galerie l'Annexe, Jardin des Rives à Saint-Avertin :

 

Victoria David s’intéresse constamment à l’altérabilité et la malléabilité du monde et de sa matérialité. Captivée par l’Histoire, les systèmes muséaux, ainsi que par les collections d’objets présentés, elle s’en empare et travaille à les réinterpréter, changer leur aspect, créer le trouble dans ses productions. Il y a un lien très fort à la peinture dans ses travaux, car elle considère que les épaisseurs de peinture qu’il y a sur la toile renvoient directement à la géologie et au temps. Nous sommes face à des roches vacillantes, des morceaux de fresques laissés à l’abandon, des parois calcaires. Tout est bancal et mouvant.

 

Galerie Veyssière Sygma, Rue Colbert à Tours :

Jusqu’au 28 mai, présentation des lithographies de Bram Van Velde, artiste néerlandais du XXe siècle (né en 1895) et qui a débuté la peinture à partir de 12 ans même si ce n’est vraiment qu’à partir des années 60 qu’il a connu une grande renommée. L’homme a longtemps vécu entre Paris et Genève. Il est décédé en 1981.

 

Galerie La Boîte noire, Rue du Grand Marché à Tours :

MifaMosa, vous connaissez ? L’artiste orléanais a installé des mosaïques en écho aux noms de plusieurs rues de Tours. Mais il expose aussi en galerie. Ce qu’on y trouve ? Des carreaux de céramique, les mêmes qu’en extérieur (accompagnés d’un petit cadre avec la photo en situation). Des reproductions uniques de ses collages, à l’exception d’une miniature de la Rue des Balais réalisée en dix exemplaires. Des réalisations qui paraissent bien plus grandes qu’à l’air libre, proposées à la vente et qui font donc leur apparition pour la première fois à hauteur d’yeux à Tours. Le Petit Cupidon est là mais aussi la Plume, le Cygne…