Tours

Grand Théâtre de Tours : les occupants n’ont pas du tout l’intention de partir

Tant que leurs revendications ne sont pas entendues.

Cela fait bientôt deux mois que ça dure : un collectif occupe l’Opéra de Tours 24h/24 pour dénoncer la réforme de l’assurance chômage accusée d’accentuer la précarité mais aussi pour réclamer la prolongation de l’année blanche pour les intermittents du spectacle. Un rassemblement est organisé chaque jour à 17h devant le monument, 10 à 20 personnes dorment sur place chaque soir grâce à des matelas posés dans les couloirs, un QG de lutte est installé dans la grande salle de spectacle et des manifestations sont régulièrement organisées pour faire entendre les revendications.

Sauf que le Grand Théâtre doit bientôt rouvrir. Il pourrait organiser ses premiers spectacles d’ici début juin. Dans ce contexte, quid de l’occupation ?

Sur Info Tours samedi 1er mai, l’adjoint au maire de Tours chargé de la culture Christophe Dupin déclarait ceci :

« On reste totalement mobilisés, moi, le maire, l’équipe municipale, pour soutenir leurs revendications. Mais je pense que leur mobilisation peut se faire par les chemins syndicaux traditionnels. On va discuter avec eux. Il y aurait une aberration à maintenir l’occupation : les lieux culturels doivent rouvrir. Je pense que ça peut se faire avec leur accord, dans d’autres endroits en France les occupants comprennent l’importance de l’enjeu. »

Réponse du collectif par communiqué ce lundi matin :

« L'assemblée générale de l'occupation du Grand Théâtre de Tours a voté clairement que nous ne souhaitions pas entraver le travail des employé-e-s du Grand Théâtre lors de la ré-ouverture des lieux culturels. Notre souhait est simple : c'est celui de la cohabitation voire de la réunion entre les occupant-e-s et l'équipe du lieu. »

Clairement, le groupe n’a pas l’intention de lever le camp. Seulement de s’adapter à la nouvelle situation en libérant la salle de spectacle pour se replier vers la salle de répétition Jean Vilar.

La mairie propose pour sa part un déménagement Salle Ockeghem Place Châteauneuf et c’est non : « Le seul fait de déménager complètement mettrait en péril l'avenir de notre occupation, sans mentionner la défaite symbolique que cela représenterait. Occuper cette salle nous isolerait, indéniablement. Il est clair que nous refusons de quitter le Grand Théâtre de Tours tant que nos revendications ne seront pas entendues par le gouvernement, premier responsable de la situation qui nous est faite. La mairie et la direction du lieu affirment leur soutien au mouvement depuis le début de la mobilisation. Nous les en remercions. Nous souhaitons que celui-ci se traduise par la cohabitation. »

Un moyen de maintenir une pression politique. Une réunion avec le maire et son adjoint a eu lieu ce lundi pour échanger de vive voix sur la suite des opérations. Une autre est prévue ce lundi soir avec une délégation du personnel de l'institution culturelle. « Il semble que les employés se soient prononcés contre la co-occupation et le partage du Grand Théâtre et souhaitent tout simplement nous voir partir » déplore le collectif sur Facebook.