Tours

[Il l’ouvre] A Tours-Nord, un projet de résidence étudiante contesté

Au bord de l’Avenue Maginot, le long du tram.

Peut-on encore densifier le tissu urbain au nord de la ville de Tours ? Apparemment la réponse est oui… Depuis mi-mars, un projet de résidence étudiante prévoyant l’aménagement de 167 logements a obtenu son permis de construire Avenue Maginot, tout près du Christ-Roi et de la Rue Pinguet-Guindon. Une construction de 6 étages envisagée à la place de maisons individuelles promises à la démolition.

Cette perspective perturbe certains habitants du secteur… L’un d’eux vient de prendre la tête d’un collectif pour s’opposer au projet en l’état. Il s’appelle Clément Leroux. Parmi ses craintes : une surcharge de circulation, en particulier sur la Rue Pinguet-Guindon qui servirait de sortie de garage pour le futur immeuble, alors même qu’elle est empruntée par les 900 enfants du groupe scolaire Christ-Roi. « Il y a déjà la sortie de garage de la résidence du Cèdre avec ses 134 logements et des difficultés de stationnement dans le quartier. Le parking du vétérinaire ou celui du Speedy sont pris tous les soirs et tous les matins par des riverains. Cela fait pas mal de problématiques » explique-t-il, évoquant également des soucis de sécurité (trafic de drogue) Place Arnaud Beltrame.

Une pétition est lancée

Derrière ce discours, c’est bien la densification immobilière du secteur qui interpelle : « La résidence étudiante c’est un besoin mais est-ce que 167 logements c’était nécessaire ? Surtout à côté d’une station de tramway déjà fréquentée. D’autres le sont beaucoup moins comme Trois-Rivières » poursuit Clément Leroux qui déplore en prime la validation du chantier juste avant la présentation des nouvelles règles urbanistiques de la ville en conseil municipal. Il reproche à la mairie de ne pas avoir lancé de concertation comme elle le fait pour le projet voisin du Haut de la Tranchée et attend que l’adjoint de quartier Bertrand Renault le rappelle à ce sujet.

« On sait bien que cette résidence sera construite, l’objectif n’est pas de la faire abolir mais on voudrait pouvoir modifier le projet. Obtenir une concertation et suspendre les opérations pendant ce temps-là » poursuit le riverain qui aimerait notamment plus de verdure (un parc ou au moins une aire de jeux pour les enfants) : « Il faudrait un compromis pour ne pas avoir l’impression d’être lésés sur les attentes de la population. Les immeubles de 6 étages de chaque côté de la rue, ce n’est pas de ça qu’on a envie. Il faut une réflexion globale sur l’Avenue Maginot. »

Les démolitions du Christ-Roi doivent débuter d’ici un an, début 2022, avant la construction à proprement parler dans les mois qui suivent. Pour faire entendre ses arguments avant cette échéance, le collectif Pinguet-Guindon vient de lancer une pétition. S’il n’obtient pas gain de cause, il se dit prêt à ralentir le chantier via un recours.

Olivier Collet

L'avis de la ville

Au cours d'une réunion publique portant sur le projet voisin du Haut de la Tranchée, l'adjointe à l'urbanisme Cathy Savourey a expliqué que la mairie avait certes accepté le permis de construire dont la démarche était lancée avant son arrivée mais pas sans tenter de modifier les plans, évoquant notamment l'idée de rendre accessible au grand public un local de 150m² où sont prévus une cafétéria et un espace de coworking. Elle a également indiqué avoir réussi à faire changer les matériaux de construction pour les rendre plus écoresponsables.