Tours

Tours : l'urbanisme va devoir s'adapter et évoluer

Selon la volonté du maire et de sa majorité...

Le document est attendu depuis plusieurs mois par les professionnels : ce lundi, la mairie de Tours va présenter son « référentiel » en matière d’urbanisme au Conseil Municipal. En clair, un document cadre qui fixera les orientations voulues sur les opérations d’urbanisme qui seront faites à l’avenir sur le territoire de la commune.

Ce document, sorte de charte et de plan de conduite à tenir, c’était un engagement de campagne de la part d’Emmanuel Denis et des élus composant sa majorité dont Cathy Savourey, devenue adjointe à l'urbanisme. Objectif : faire correspondre les projets futurs avec leur vision de la ville. Alors que refaire un PLU (plan local d’urbanisme) demanderai beaucoup de temps, en procédant de la sorte, les élus entendent ainsi rapidement imprimer leur marque. « Il y aura quelques modifications au PLU en attendant le passage au PLU Métropolitain prévu à partir de 2022 » a expliqué l’adjointe à l’urbanisme.

« Les promoteurs ont compris notre exigence, car nous échangeons et dialoguons avec eux »

Cette vision de la ville de la majorité, elle repose sur 5 axes forts selon Cathy Savourey : La ville des courts-chemins, c’est-à-dire penser proximité avant tout, une ville respirante « pour favoriser le bien-être des habitants », une ville de l’élégance et de l’harmonie en s’appuyant sur la valorisation de l’environnement dans les projets architecturaux, une ville de l’action climatique et enfin une ville habitée, c’est-à-dire faire en sorte que quelque-soit les revenus, il soit possible de trouver un logement à Tours.

5 axes sur lesquels va reposer ce référentiel qui devra être pris en compte par les promoteurs si ces derniers veulent se voir accepter leurs permis de construire. « Ils ont compris notre exigence, car nous échangeons et dialoguons avec eux » affirme Cathy Savourey, pour couper court à toute accusation de vouloir imposer les choses brutalement. Reste qu’il sera intéressant d’observer les réactions des professionnels à l’avenir. On se souvient que quand l’ancien maire Serge Babary avait fait adopter une charte de l’urbanisme « pour lutter contre les cubes beiges », il s’était mis à dos une partie de la profession.

Le PVC désormais banni des constructions

L’enjeu est important, car pour la majorité d’Emmanuel Denis, ce document est bien plus qu’un simple texte, mais doit permettre de repenser la ville, en augmentant le pourcentage d’espaces verts dans chaque nouvelle construction par exemple ou encore en utilisant des matériaux plus éco-responsables.

Récemment, l’adjointe à l’urbanisme a ainsi fait modifier des permis de construire par exemple, en faisant retirer l’usage du PVC dans les encadrements de fenêtres pour des matériaux en bois ou aluminium. Demain, avec ce référentiel, le PVC sera d’ailleurs prohibé. La Mairie a un véritable pouvoir en matière d’urbanisme et Emmanuel Denis et son adjointe comptent s’en servir. A Tours-Nord ils ont ainsi fait réviser entièrement le projet immobilier sur le site industriel de 5 hectares de l’entreprise Gelco Design, en faisant intégrer plus d’espaces publics.

Cathy Savourey se défend néanmoins d’autoritarisme sur ces questions d’urbanisme et parle au contraire de démarches co-construites, notamment avec les riverains pour chaque projet, par le biais d’ateliers. L’élue cite notamment le dossier ANRU de rénovation du Sanitas. Ces deux prochains mois, plusieurs réunions et ateliers vont se tenir ainsi avec les habitants et les associations afin de définir précisément les changements qui seront apportés à cette opération majeure, adoptée lors du précédent mandat et qui connaitra un avenant au contrat avec l’Etat d’ici l’été pour modifier certaines parties (le maire veut notamment avancer la rénovation du secteur de la Rotonde initialement placé en fin de chantier).

L'opposition de droite dénonce un manque de démocratie

Une démarche d’ouverture qui ne convainc pas néanmoins les élus d’opposition du groupe « Tours Nous Rassemble ». Ces derniers qui découvriront le référentiel en question ce lundi soir au Conseil Municipal, dénoncent en effet de leur côté une opacité de la part de la majorité et notamment le fait de s’être vu refuser la présentation du document en commission de travail préalable. De quoi promettre des débats passionnés lors du Conseil Municipal…

Mathieu Giua