Tours

[Il l’ouvre] Impatience à Tours-Nord : « Il ne se passe rien pour le projet du haut de la Tranchée »

L’association des riverains demande à la mairie d’accélérer.

C’est un chantier potentiel dont on parle depuis plusieurs années à Tours-Nord : transformer le haut de la Tranchée. Quand elle était dirigée par Serge Babary puis Christophe Bouchet, la première idée de la mairie était de reconstruire l’école élémentaire Victor Hugo, de créer un parking à étages et d’aménager de nouveaux logements. Des plans qui ont fait beaucoup de vagues entre mobilisation pour sauver un arbre remarquable ou encore contestation du projet de parking à proximité immédiate de la cour d’école. La ville avait fini par revoir ses ambitions avec une conservation de l’arbre, un abandon du parking et un transfert de l’école de l’autre côté du carrefour (pour faire un établissement commun allant de la maternelle au CM2).

Cette modification elle convenait autant aux élus de l’époque qu’aux riverains regroupés en association et même aux candidats de la liste écologiste pour les élections municipales de 2020 (qui avaient installé leur local de campagne au bas de l’Avenue Maginot).

Un projet prioritaire qui avance au ralenti ?

Devenu maire, Emmanuel Denis et ses équipes semblent un peu délaisser le quartier… C’est en tout cas l’avis de John Williams qui porte la parole de l’association des habitants du secteur : « Avant le scrutin le maire a dit qu’il voulait remettre le projet à plat ce qui veut tout et rien dire. Ça nous rend perplexes. » S’il reconnait avoir « une bonne écoute » de la municipalité sur les problèmes du quotidien comme la sécurisation d’un passage piéton, l’homme s’impatiente clairement sur l’avancée du chantier porté à l’origine par le promoteur Icade :

« Emmanuel Denis a parlé d’un projet prioritaire pour Tours-Nord, qu’il voulait l’achever avant la fin du mandat. On le croit mais plus le temps passe et plus cette possibilité s’évapore. On ne cherche pas à mettre l’équipe dans l’embarras mais vu de l’extérieur, de notre côté, il ne se passe rien. »

Une longue attente qui n’arrange pas l’état de l’ancienne mairie située face aux rails du tram, et désaffectée depuis 12 ans. « Il faudrait au moins rénover la façade » plaide John Williams qui espère également une réfection de la place pour la rendre « plus agréable, plus vivante et plus végétalisée. » Un objectif auquel s’emploient régulièrement des Chantiers de la Création en apportant un peu d’art et d’animation dans le secteur.

A savoir que Les Riverains de la Place de la Tranchée ne sont pas les seuls à demander un coup d’accélérateur : les commerçants du quartier – réunis en association – demandent également du concret et vite, alors que les boutiques vident ont du mal à trouver preneur. Le tout dans un quartier particulièrement prisé, où les prix de l’immobilier frisent ceux de quartiers proches des Halles et du Vieux-Tours.

La ville va bientôt présenter son plan urbanisme

Un dynamisme constaté sur le terrain… « On ouvre une classe en élémentaire à Victor Hugo c’est bien la preuve qu’il y a du monde. En maternelle ce n’est plus possible, toutes les classes sont occupées » relève John Williams. Par ailleurs, le secteur pourrait être impacté par une potentielle branche de tram allant de Tours à Saint-Cyr-sur-Loire. Un problème de moyen terme. Pour l’instant, le représentant des riverains se dit plutôt préoccupé par l’impact du parking relais de la Route du Mans jugé négatif « surtout que le parking Meyer situé un peu plus au nord n’est utilisé qu’à un tiers de sa capacité. Le temps de trajet pour le rejoindre depuis St-Cyr est quasiment identique, c’est une question d’habitude à prendre. » En résumé, l’homme voudrait qu’on adapte une philosophie claire, et rapidement : « Par le passé on a construit, un point c’est tout. Maintenant il faut qu’on fasse de l’urbanisme. »

La balle est dans le camp de la ville. Que veut-elle faire ? On en saura peut-être plus lors du prochain conseil municipal lundi 29 mars. L’adjointe à l’urbanisme Cathy Savourey présentera l’ambition urbanistique de Tours pour les prochaines années, entre nécessaire adaptation de la cité à l’évolution démographique, travaux du tram et transformation de quartiers. Le Haut de la Tranchée entre dans les trois catégories…

Olivier Collet