Tours

Musée des Beaux-Arts de Tours : Finalement pas de réouverture exceptionnelle

Ni de Ministre de la Culture...

Alors que la veille, la Ville de Tours avait communiqué sur l'ouverture exceptionnelle du Musée des Beaux-Arts ce samedi 20 mars, sous forme de visites en petits groupes, ce jeudi soir, nous apprenions finalement que la Municipalité renonçait à cette ouverture pour laquelle le Maire de Tours avait officiellement invité la Ministre de la Culture Roselyne Bachelot. Cette dernière a répondu par la négative, pour cause d'emploi du temps explique la Ville.

Quant à la non-ouverture, qui avait pourtant suscité beaucoup d'engouements avec des réservations complètes en une heure de temps, par communiqué le maire de Tours évoque l'absence d'autorisations de l'Etat pour expliquer cette volte-face : "Il est évident que la ville, respectueuse du cadre légal, ne passera pas en force. Le maire de Tours et la ministre de la culture ont convenu aujourd'hui d'un prochain échange, afin d'évoquer ensemble les solutions proposées par la ville. Il lui sera alors rappelé que l'invitation qui lui a été faite reste d'actualité, sous réserve de l'évolution de la situation sanitaire."

"L'ensemble des inscriptions prises par le Musée des Beaux-arts reste valable dans le cadre de la possible mise en oeuvre de l'expérimentation" précise par ailleurs le communiqué en question.

En annonçant l'ouverture du musée et en invitant la Ministre, le maire de Tours Emmanuel Denis avait tenté un coup de communication et de force, visant à alerter sur la situation du monde culturel. Il dénonce aujourd'hui l'attitude de l'Etat face à cela : "Jusqu'à présent, les services de l'Etat n'ont jamais donné suite aux demandes maintes fois formulées par la municipalité d'expérimenter la réouverture des lieux culturels de la ville.[...] Les restrictions qui touchent les établissements culturels sont d’autant plus incompréhensibles qu’elles ne sont, en aucune circonstance, analogues aux modalités de gestion sanitaire qui touchent les lieux de consommation marchande, dont des commerces de biens parfois « non essentiels »"