Tours

Fabriquer des boîtes à vaccins : le nouveau défi des Makers 37

Il va en falloir beaucoup.

Lors du premier confinement de 2020, le collectif Makers 37 avait débarqué d’un coup avec une super opération solidaire : jusqu’à 250 personnes se sont investies pour fabriquer des visières et masques de protection à l’aide d’imprimantes 3D. Une cinquantaine de masques dérivés d’ustensiles de plongée de chez Decathlon ont été offerts aux soignants mais surtout 12 000 visières distribuées dans les hôpitaux, aux infirmières en libéral, aux dentistes, aux kinés, aux aides à domicile ou dans les EHPAD.

Une logistique de fou : « Certaines personnes mettaient des réveils en pleine nuit pour programmer les impressions » se souvient Marc Eftimakis qui fait partie des initiateurs du projet.

Un an plus tard, les Makers travaillent toujours. La fabrication des visières s’est stoppée mi-mai avec le déconfinement mais les distributions se sont poursuivies pendant plusieurs semaines, jusqu’à offrir 1 000 exemplaires à l’ambassade de Bolivie qui manquait alors cruellement de matériel de protection pour son pays. Il ne reste aujourd’hui que 150 exemplaires dans les cartons mais aussi un peu de matière première… au cas où ce soit nécessaire de reprendre du service.

Parmi les autres projets menés par le collectif devenu association : la création de capes de protection pour la clinique Vinci à Chambray. Elles servent à protéger les soignants des contaminations lors d’extubations.

Et puis voici le nouveau défi des Makers 37 : créer des boîtes à vaccins anti-Covid. « Les pharmaciens sont venus vers nous car on leur demande de rendre les cartons au moment de la livraison des flacons. Ils sont embêtés car ils n’ont pas de boîtes adaptées pour les conserver. Certains médecins transportent même leurs vaccins dans des boîtes d’œufs » raconte Mark Eftimakis.

Dans les prochains jours, les imprimantes 3D vont donc carburer pour créer au moins 150 boîtes capables de transporter facilement des flacons de vaccins. Elles seront distribuées aux officines ainsi qu’aux généralistes ou aux établissements de santé qui en feront la demande. La matière : du PETG, afin que ça puisse résister aux plus puissants produits désinfectants. Un travail qui s’annonce conséquence : chaque contenant nécessite 8 à 10h de fabrication.