Tours

ReplayTouraine #57 – Plan Blanc au CHU, tableau à 1 million, chênes abattus… Les 5 infos inratables de la semaine

Et les deux bonnes polémiques de la semaine.

Chaque week-end Info Tours fait le point sur les principales informations à retenir en Indre-et-Loire. C’est ça le ReplayTouraine et voici l’édition du 13 mars…

 ----------------

1 – Le Plan Blanc de retour au CHU

Pour la 3e fois en un an, l’hôpital déprogramme des interventions face à l’afflux de patients infectés par le coronavirus. 20% des opérations vont être reportés alors que les services de la réanimation sont « proches de la saturation » selon les équipes médicales. En plus entre clusters Covid internes et épuisement, 9,5% des professionnels sont absents contre 8% en temps normal ce qui rend l’organisation des soins compliquée. On retiendra également que les contaminations liées au variant anglais sont désormais nettement majoritaires en Indre-et-Loire, département qui a débuté vendredi les tests salivaires dans les établissements scolaires avec un premier dépistage au lycée Descartes de Tours en attendant d’aller à l’école Ste Ursule ou à Chambray dans les prochains jours.

 

2 – La polémique de la semaine

Elle a fait irruption après la présentation du plan de la ville de Tours pour l’égalité hommes-femmes. La mairie souhaite accentuer la pratique féminine du sport en réorganisant certains créneaux d’accès aux clubs… Certains y ont compris que l’accès aux sites sportifs serait réservé aux femmes au détriment du grand public et ce n’est pas passé du tout auprès de l’opposition de droite et du centre qui est montée sur ses grands chevaux, évoquant notamment un risque de communautarisme. Au final la mairie a clarifié : pas question de réserver des accès aux femmes, seulement d’adapter les plannings à leurs besoins. Pas de quoi convaincre les sceptiques qui comptent rester vigilants…

 

3 – Les étranges enveloppes de Grandmont

C’est un certain Hugo qui a lancé l’alerte sur Twitter. Des enveloppes jaunes ont été disséminées sur le campus universitaire de Grandmont. Les papiers qu’on y trouve font explicitement référence à la détresse actuelle des jeunes entre cours en distanciel et difficultés psychologiques pour affronter la crise sanitaire. Le hic : la structure qui édite les prospectus est surveillée de près par les services spécialisés sur la lutte contre les dérives sectaires. Il s’agit d’une association évangélique répondant au nom du Centre d’Accueil Universel, dont l’existence remonte à une quarantaine d’années et qui a des locaux en centre-ville Avenue de Grammont. Un signalement a été fait par la ville à la police.

 

4 – Abatage de grands chênes

La forêt domaniale de Loches offre 30 chênes d’envergure exceptionnelle pour reconstruire la flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris disparue il y a deux ans lors d’un incendie. Des arbres abattus cette semaines, notamment à Sennevières ou Ferrière-Larçon. Ils ont tous plus de 200 ans et vont être transformés en grandes poutres d’au moins 14m avant de sécher pendant 18 mois puis de rejoindre les hauteurs du monument parisien. A savoir que cette opération ne concerne qu’une infime partie des plus vieux arbres du domaine forestier public du Sud-Touraine puisque 100 000 spécimens y ont plus de 150 ans.

 

5 – Un monument de l’art aux enchères à Montbazon

Le 6 juin on pourra acheter un tableau de Claude Monet au Château d’Artigny. Pour sa garden party annuelle, la maison d’enchères Rouillac va proposer une vue de Dieppe peinte par l’artiste en 1882. Elle l’a dévoilée ce mercredi au Musée des Beaux-Arts de Tours. Il s’agit d’une œuvre qui appartenait jusqu’ici à un collectionneur japonais et qui n’a été présentée au public qu’à deux reprises. Les prix pourraient s’envoler : la somme de départ est fixée à 1 millions d’€ et récemment un autre tableau de Monet a dépassé les 80 millions à New-York.

 

BONUS – Les artistes dans la rue

Alors que le Grand Théâtre de Tours est désormais occupé par des professionnels de la culture en colère, 37 degrés vous propose un reportage et une analyse sur les quelques solutions pour continuer à proposer quelques spectacles au public.