Tours

[En vitrine] TOURS : Aller à l’hôtel dans sa propre ville, une tendance Covid-compatible

Exemple dans le quartier des Prébendes.

[En vitrine c’est la rubrique d’Info Tours dédiée à l’actualité commerciale en Indre-et-Loire.

 ---------------

Déborah risque de se souvenir longtemps du 11e anniversaire de rencontre avec son mari : pour le fêter, elle a passé la soirée dans un hôtel 4 étoiles, au cœur d’un appartement 3 pièces complètement redécoré pour l’occasion (feuillage, bougies, photos de famille). Le clou du spectacle : la venue du chef de La Maison des Halles Henri Leclerc qui a préparé un menu prestigieux aux deux amoureux, ce dernier comprenant notamment un plat avec le célèbre bœuf de Kobe en guise d’ingrédient star.

Particularité de ce séjour : il s’est déroulé à moins de 4km du domicile de Déborah. Elle vit à Velpeau et l’hôtel en question c’est Central Parc, établissement qui fait face au Parc des Prébendes.

« Nous on part du principe qu’on n’a pas besoin de faire 200km pour se dépayser. Des fois aller à l’hôtel à deux pas de chez soi c’est le même plaisir que partir plusieurs jours en vacances. Ce qu’on cherche avant tout c’est passer un bon moment – sans les enfants – et se couper du quotidien. On a également eu un coup de cœur pour le lieu : l’agencement, l’espace, la vue sur le jardin… c’est tout ce qu’on aime ! »

Totalement rénové après le départ des services des impôts, cet hôtel particulier dispose de 8 appartements de différentes tailles. Déborah s’y sent tellement bien qu’elle organise désormais des formations au même endroit, dans le cadre de son travail.

Directrice du lieu, Anaïs Lafon avait plutôt l’habitude de voir passer des touristes étrangers. La crise du coronavirus a complètement changé la donne… Après une fermeture pendant le premier confinement de 2020, elle estime avoir fait une bonne reprise et accueille aujourd’hui un mix de clientèle professionnelle, de touristes hexagonaux… et de gens qui viennent du coin :

« J’ai des clients de Loches, Villandry… Depuis la fin de l’été on a envie de partir en week-end mais on n’arrive pas à se projeter. On se demande si on va être confinés, si on sera remboursés en cas d’annulation de dernière minute… Y’a cette peur de réserver donc on voit ces personnes qui cherchent à appréhender la ville différemment et qui réservent une nuit ou deux pour se dépayser. Il y a aussi des gens qui vivent à Tours, qui sont toujours en déplacement ou en télétravail et qui ont envie d’autre chose le week-end pour changer de cadre. »

Central Parc est un petit établissement. Cette nouvelle clientèle lui permet donc de faire face aux difficultés économiques du moment… ce qui reste plus difficile pour des établissements au nombre de chambres plus élevé ou qui ne proposent pas forcément de services supplémentaires. Beaucoup souffrent et attendent avec impatience la réouverture des frontières ou la reprise des salons et séminaires réalisés de plus en plus en distanciel.