Tours

Découvrez les mesures de Tours pour renforcer l’égalité femmes-hommes

Certaines actions débutent immédiatement.

A l’occasion de la journée des droits des femmes, la ville de Tours invitait ce lundi une série d’associations pour présenter son plan en faveur de l’égalité des genres. Dans la salle des fêtes de l’Hôtel de Ville on trouvait notamment Osez le Féminisme, Les Couturières Masquées, le Centre LGBTI de Touraine, le Planning Familial ou le CIDFF. L’objectif du maire Emmanuel Denis : faire de Tours une « ville alliée » des combats féministes ou des minorités (personnes handicapées, transgenres, victimes de racisme…).

L’élu estime que « nous sommes face à un défi extrêmement important » et veut « mobiliser l’ensemble des politiques publiques » autour de ces enjeux. « Si on veut un plan d’action efficace il doit être global et sincère » estime pour sa part la première adjointe à la mairie Cathy Münsch-Masset qui promet d’éviter « le pinkwashing », soit des mesures qui seraient purement marketing.

Voici donc ce que la ville s’engage à mettre en place au cours de son mandat jusqu’en 2026, et parfois dès cette année :

Un budget « sensible au genre » sera voté dès 2022. C’est-à-dire que dans ses actions et investissements la ville promet de faire attention à l’impact sur la lutte contre les discriminations ou les inégalités. Exemple : réaménager une cour d’école, oui… mais de façon à ce que les garçons ne prennent pas toute la place centrale en reléguant les petites filles sur les côtés avec une partie de foot. Les versements de subventions et les textes d’appels à projets feront également l’objet d’axes pour favoriser l’égalité.

La ville va faire en sorte de faciliter la pratique sportive des femmes via l’octroi de créneaux dédiés sur les installations sportives ou la création de parcours de course bien éclairés pour assurer la sécurité des joggeuses en pleine nuit.

La municipalité veut s’engager pour réduire les inégalités de salaires à travail égal dans les services mais aussi lutter contre le temps partiel subi (à la mairie 87% des postes en activité partielle sont occupés par des femmes) ainsi que les violences sexistes ou sexuelles sur le lieu de l’exercice professionnel. « En tant qu’employeur nous nous devons d’être exemplaires » explique ainsi Cathy Münsch-Masset.

Un plan de formation est prévu pour les agents du service Etat Civil afin d’accueillir « avec empathie et respect » les personnes qui souhaitent changer de prénom.

Les équipes de la police municipale vont également bénéficier de formations pour repérer les outrages sexistes et sexuels sur la voie publique ou encore accompagner les victimes de violences familiales :« La police municipale est souvent la première appelée dans ces situations. Elle doit pouvoir aider les victimes dans leurs démarches » estime l’élue Anne Bluteau.

Le dispositif Angela qui permet aux femmes de signaler discrètement qu’elles se sentent en danger sera mis en place avec des bars ou restaurants du Vieux-Tours puis étendu dans la ville, notamment auprès des pharmacies.

Afin de lutter contre la précarité, l’élue Marie-Pierre Cuvier a annoncé la possibilité de créer des places en crèche ou en halte-garderie pour les femmes réfugiées qui pourront alors se concentrer sur l’apprentissage du français en vue d’obtenir un travail. Des créneaux seront prochainement réservés aux femmes dans les douches municipales et des distributions de protections hygiéniques gratuites mises en place pour les collégiennes, lycéennes, étudiantes ou femmes précaires qui ont des difficultés à en acheter au moment de leurs règles. La municipalité souhaite également mener une réflexion pour que les toilettes soient non genrés, donc d’enlever les pictogrammes « femme » ou « homme » sur leurs portes.

La ville soutiendra activement les différents événements revendicatifs initiés par les femmes, les personnes LGBTI ou en situation de handicap.

A l’image du hall de l’Hôtel Métropolitain des Deux-Lions qui porte désormais le nom de Gisèle Halimi, plus de lieux publics seront baptisés en mémoire de femmes remarquables. L’adjointe à l’urbanisme Cathy Savourey plaide par ailleurs pour que les promoteurs immobiliers intègrent plus de femmes architectes ou paysagistes lors de l’élaboration de leurs projets de constructions.

Des mesures qui seront – au moins en partie – soutenues par le groupe d’opposition Tours Nous Rassemble qui en reprend plusieurs dans son propre programme dévoilé à l’occasion de la journée des droits des femmes. En revanche on sait déjà qu’il est en guerre contre l’écriture inclusive que la ville veut déployer dans sa communication externe. Un sujet qui avait récemment fait débat au conseil municipal.