Tours

[Ils l'ouvrent] A Tours, Extinction Rébellion recouvre plusieurs panneaux publicitaires

Pour inciter à délaisser les supermarchés.

En ce 20 février à 15h, les militants tourangeaux d’Extinction Rébellion se sont mobilisés. Ce jeune mouvement fondé en 2018, essentiellement implanté en Europe et aux USA, a pour but d’inciter les gouvernements à agir sur les sujets du changement climatique, la biodiversité et les risques qu’elle induit dans notre société. Là, une trentaine de militants ont arpenté les rues de Tours pour recouvrir de peinture blanche les panneaux publicitaires et apposer des affiches revendicatives invitant le citoyen à réfléchir. On peut y lire “Plus de maraîchers, moins de supermarchés”, ou encore “Allons aux champs, fini Auchan”.

Des slogans revendiquant une agriculture raisonnée, le circuit court, la consommation locale. Une action illégale mais aux conséquences présentées comme limitées : les affiches en kraft sont simplement scotchées, et la peinture qui recouvre les panneaux est lavable à l’eau.

Paul Froger, militant fraîchement propulsé contact pour les médias, explique les objectifs :

"Quand 50% des 400 000 paysans français vont être à la retraite d’ici 10 ans, on aura des fermes de plus en plus grosses, avec un mode de production industriel que l’on sait déjà mauvais pour la santé et pour la biodiversité. Dans ses grandes fermes, le paysan sera un simple ouvrier qui n’a pas son mot à dire sur le mode de production. Il sera à la limite du servage.”

Si l’action peut paraître symbolique, par le peu de militants mobilisés et son caractère éphémère, les militants d’Extinction Rébellion sont pour beaucoup formés à la désobéissance civile et apprécient un fonctionnement très participatif, sans coordinateur, ni chef.

Pascal Montagne