Tours

Alimentation, informatique… Quelles aides pour les étudiants précaires de Touraine ?

De nouveaux dispositifs sont lancés.

Il y a les actions du gouvernement, de la région ou encore des associations… Face à la crise du coronavirus, les étudiantes et les étudiants se retrouvent bien souvent démunis. Détresse psychologique à force de cours à distance, et difficultés économiques croissantes (par exemple parce qu’ils ont moins accès aux petits boulots).

Selon une enquête menée sur le campus d’Orléans, plus de 80% des étudiants se sentent mal ou très mal moralement, 27% ne mangent pas à leur faim.

Cette semaine, la région Centre-Val de Loire a annoncé une série de nouvelles actions pour aider les jeunes les plus en difficulté, l’une d’elles portant justement sur l’emploi avec le financement de 500 postes, en particulier dans des associations (financés à hauteur de 1 000€ par la collectivité). 130 000€ seront consacrés au développement des services civiques. Un plan numérique permettra d’aider à l’achat d’ordinateurs, 300 webcams et 420 box 4G pourront être distribués à celles et ceux qui en ont besoin.

Rappelons que les restaurants universitaires proposent désormais des repas à 1€ et des associations multiplient les distributions ou paniers à petit prix comme le consortium Banque Alimentaire-Croix Rouge avec son P’tit Kdi qui dessert 5 sites étudiants de la métropole tourangelle, les Restos du Cœur avec une remise de nourriture spéciale ou Les Halles de Rabelais. Depuis quelques jours, Tours Métropole a mis en place une carte interactive qui recense toutes les aides disponibles sur l’agglomération. Elle proposera dans les derniers jours de février un accès au site Mame pour changer d’ambiance de travail.

De son côté, l’Université de Tours propose différentes choses comme un soutien psychologique à celles et ceux qui en font la demande (un poste supplémentaire est annoncé). La section Covid de son site web est toujours active avec un recueil d’informations. 16 coordonnateurs étudiants doivent enfin être déployés sur les deux plus gros campus de la région (Tours et Orléans) mais aussi les antennes des autres villes pour écouter et accompagner leurs camardes en difficulté.