Tours

Vergers urbains, cours d'écoles, transformation de fontaines… Ce que contient le plan Nature en Ville de la mairie de Tours

Plusieurs actions programmées jusqu’en 2026.

Il y a quelques années, l’ancien maire de Tours Christophe Bouchet se félicitait d’un classement qui plaçait Tours en tête des villes avec le plus d’espaces verts rapport à son nombre d’habitants. Une position obtenue grâce à de grands espaces comme la Gloriette ou le Lac de la Bergeonnerie… Mais quand on va au Sanitas, quartier de l’Europe ou en centre-ville, arbres, gazon et fleurs se font plus rares. Une impression que le nouveau maire Emmanuel Denis cherche à casser d’ici la fin de son mandat en 2026. Pour y parvenir il lance un plan baptisé Nature en Ville et on vous explique ce qu’il contient.

L’idée de la municipalité c’est de mener des actions sous plusieurs axes, dont 5 cette année :

  • Plantation d’arbres et d’arbustes (3 500 cette année, 30 000 en 6 ans)
  • Végétalisation du secteur sauvegardé (Vieux-Tours…)
  • Installations de jardins gourmands (avec arbres fruitiers ou plants de légumes)
  • Végétalisation de cours d’écoles (3 en 2021 à Rabelais, Michelet et Gide puis 2 par an)
  • Créer une Fête de la Biodiversité au Bois des Hâtes les 3 et 4 juillet (avec animations, stands associatifs…)

« Le plan Nature en Ville vise à restaurer et enrichir le patrimoine naturel de Tours. Le végétal en ville permet de lutter contre les ilots de chaleur et les inondations, il stocke le carbone et filtre les pollutions, joue un rôle reconnu dans la valorisation économique des territoires et apporte des bénéfices notables à la santé psychologique des riverains » plaide Emmanuel Denis.

A l’image de l’opération « Aux Arbres Citoyens » consistant à planter 1 000 arbres en 24h avec des volontaires – et qui reviendra tous les ans – la ville de Tours souhaiter mener des actions « coconstruites » et s’engage à soutenir les initiatives citoyennes. Le maire de réjouit par exemple que le projet de verdissement du Carrefour Archambault de Tours-Nord prochainement réalisé ait été initié par des habitants et soutenu par le Conseil Départemental dans le cadre de son budget participatif. L’association Biodivercity, déjà implantée à la Gloriette, sera prochainement accueillie au centre de loisirs de la Charpraie pour des ateliers avec les enfants.

Parmi les actions emblématiques qui devraient voir le jour dès 2021 : des vergers participatifs. Le sujet est arrivé sur la table pendant le premier confinement de 2020 avec l’association Les Jardinières Masquées qui a planté (sans autorisation) de quoi produire fruits et légumes Place de Strasboug ou sur l’Ile Balzac. La mairie reprend un peu les choses en main (elle a vu avec l’association pour stopper les cultures à certains endroits) et prévoit par exemple d’installer de quoi récolter de bonnes choses dans le Vieux-Tours avec le soutien de Victoire en Transition qui y a déjà implanté un jardin participatif.

L’adjointe au maire chargée de la biodiversité Betsabée Haas annonce pour sa part la création de « jardins gourmands » dans plusieurs quartiers (Europe, Sanitas, Rives du Cher…).

Globalement, Tours souhaite que chaque projet lancé dans les 5 prochaines années intègre une part de biodiversité (notamment les nouvelles constructions immobilières). Les circuits pédestres seront valorisés dans les bois. Il y aura également plus de bancs pour inciter tout le monde à la balade, même les personnes qui ne peuvent pas marcher longtemps. 2 nouvelles aires de jeux seront aménagées chaque année (dont une bientôt à Bouzignac et une autre Rue Jacques Brel à Tours-Nord). De plus des jardins inclusifs adaptés aux enfants en situation de handicap vont fleurir à différents endroits.

Parmi les autres projets citons la création d’espaces pour lâcher les chiens dans les parcs comme à Ste Radegonde, créer un jardin santé vis-à-vis des risques allergènes, enrichir les sols de remblais en bord de Cher pour y programmer des plantations dans l’avenir, encourager le développement des jardins familiaux et accompagner leurs propriétaires pour des pratiques de culture plus écologiques. Enfin, et ça risque de faire parler, selon la mairie certaines fontaines seront bientôt transformées en jardin comme celles du Carrefour de Verdun.