Tours

Tours : le budget ne convainc pas l’opposition

Mais le maire de Tours assume ses choix

Ce lundi 15 février les élus de la ville de Tours ont débattu puis voté le premier budget du mandat de la majorité d’Emmanuel Denis. Sans surprises, les deux groupes d’opposition « Tours Nous Rassemble » de Christophe Bouchet et « Les Progressistes » de Benoist Pierre ont voté contre ce budget, après s’en être expliqué longuement.

Vendredi dernier, lors de la présentation des grandes lignes du budget à la presse, le maire de Tours avait évoqué un budget « offensif sur les questions sociales » et « permettant la relance de l’investissement ». Au programme notamment pour l’année 2021 : 35,8 millions d’euros de nouveaux projets, une augmentation des finances du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) de l’ordre de 2,5 millions d’euros d’ici la fin du mandat.

Relire les chiffres clés du budget 2021

Et notre article sur 37 degrés : Le social et les investissements en priorité pour la majorité d’Emmanuel Denis

Un budget présenté donc à l’ensemble des élus ce lundi et qui n’aura pas convaincu les oppositions.

Pour Benoist Pierre, ce budget montre « le gouffre entre les déclarations et les principes et la réalité du terrain ». L’élu proche de la majorité présidentielle d’Emmanuel Macron reproche notamment un manque d’ambitions et des réponses insuffisantes à la crise sociale liée à la Covid-19 : « Nous attendions un engagement plus conséquent de votre part, l’augmentation des financements du CCAS ramène simplement au niveau de 2014. »

L’élu tout comme son collègue Pierre Commandeur reproche également une absence de réponse économique à la crise. Pour le dernier cité, les 3 millions de dette économisés d’ici la fin de l’année auraient pu notamment être fléchés au regard du contexte exceptionnel vers un soutien pour les commerces.

Du côté du groupe « Tours Nous Rassemble », ses membres n’ont guère été plus convaincus. Un budget « sans lignes de forces » pour Christophe Bouchet, tandis que pour Thibault Coulon : « Ce budget n’est pas à la hauteur des enjeux, il ne répond pas au contexte ni aux engagements de votre campagne. »

Marion Cabanne évoquait elle un « budget qui n’est pas dans la surenchère mais aux trajectoires inquiétantes. » En cause notamment l’augmentation de la masse salariale (création de 25 postes) et la hausse des emprunts souscrits (19% par rapport à 2020), alors que la ligne d’investissement est en recul (35,8 contre 36,2 millions d’euros).

Des critiques avec lesquelles le maire de Tours s’est logiquement montré en désaccord, évoquant notamment des lignes politiques claires comme la création d’une dizaine de kilomètres de pistes cyclables sécurisées, la végétalisation de l’espace public (rue Nationale, cours d’écoles…), la création d’un premier tiers lieu municipal ou encore le projet de cuisine centrale revisité. Un sujet qui n’a pas manqué lui aussi de faire débat, comme nous vous l’écrivions dans cet article.