Tours

Arbres en haut de la Rue Nationale, centre de santé, créations de postes... Le débrief du conseil municipal de Tours

On a également parlé culture, cimetières et... ping-pong.

Une réunion qui a commencé à 9h pour se terminer tard dans la soirée... Ce lundi c’était conseil municipal à Tours, avec notamment le vote du budget 2021 à l’ordre du jour. Voici quelques moments forts de la réunion...

Anecdote...

On écrit souvent que les conseils municipaux de Tours sont longs... voire interminables. Pour la première fois, un chronomètre s’affichait chaque fois qu’un ou une élue prenait la parole. En bleu les 5 premières minutes, puis en jaune et enfin en rouge au-delà de 10 minutes (sauf pour réagir au budget où le timing pouvait atteindre 15 minutes). On a pu constater que les membres de l’assemblée dépassaient souvent le temps théorique imparti... Parfois aux dépens de la bonne compréhension des débats.

Haut de la Rue Nationale...

C’est une nouvelle qui fait la fierté du maire de Tours, Emmanuel Denis. Ce dernier a obtenu le feu vert de l’architecte des bâtiments de France (ABF) pour végétaliser le haut de la rue Nationale. Concrètement des arbres en pleine terre vont être plantés sur le parvis du CCC OD mais aussi au niveau des deux arrêts de tramway. D’ici 10 ans (le temps qu’ils poussent) cela devrait ressembler à cela :

 

Place du Monstre...

La ville a annoncé l’ouverture d’une réflexion sur le réaménagement de cette place (c’était déjà envisagé lors du précédent mandat, sous la direction du maire Christophe Bouchet). Les choses devraient bouger d’ici la fin de l’année et le budget est estimé à 1,8 million d’€ (c’est la métropole qui portera le chantier car c’est elle qui a la compétence de la voirie). On rappelle que depuis l’été dernier, la Place du Grand Marché a perdu une voie de circulation pour faire de la place aux terrasses. Elle n’a pas rouvert depuis, même avec la fermeture des bars et restaurants.

Centre municipal de santé...

Le Centre Municipal de Santé aux Rives du Cher va voir le jour cette année. D’abord de façon temporaire sur la place Toulouse Lautrec avec l’installation de deux médecins généralistes salariés. Par la suite, ce Centre Municipal de Santé sera installé place Nicolas Poussin dans des locaux rénovés (En 2022) et comprendra 3 médecins généralistes et deux assistantes ainsi que des professionnels de santé libéraux, a indiqué la Première adjointe Cathy Munsch-Masset.

Egalité femmes-hommes...

Selon des chiffres dévoilés par l’adjointe au maire Catherine Reynaud, 61% des personnels de la ville de Tours sont des femmes et c’est comparable à la moyenne nationale. 44% des postes de direction sont occupés par des femmes (31% dans toute la France).

Une bonne nouvelle pour la parité néanmoins 100% des agents du médico-social sont des femmes, la filière sportive et la police municipale sont à 75% masculines ce qui a été déploré par l’élue. Par ailleurs, 87% des postes à temps partiel sont occupés par des femmes et les écarts de salaires sont de l’ordre de 200€ mensuels. Pour réduire ces inégalités, la ville compte engager plusieurs actions qui seront détaillées le 8 mars. Avec plusieurs thèmes : solidarité et lutte contre la précarité, lutte contre les stéréotypes et les discriminations.

La présentation de ce rapport a déclenché un débat long (et imprévu) sur... l’écriture inclusive, utilisée depuis plusieurs mois dans la communication municipale. L’élue d’opposition du groupe Tours Nous Rassemble Cécile Chevillard a déploré ce choix invoquant des difficultés de lecture pour les malvoyants, les non voyants utilisant une synthèse vocale ou encore les personnes dyslexiques. « Que la langue évolue ne me dérange pas mais là c’est un changement au forceps qui ne répond pas aux véritables souffrances » a ajouté un autre opposant, Olivier Lebreton parlant d’une « abomination visuelle qui ne sert personne ».

Catherine Reynaud a répondu : « Je suis d’accord pour dire qu’elle n’a pas toutes les vertues mais au moins elle permet de poser le problème de la représentation des femmes dans la vie sociale. » « Je suis d’accord que le système n’est pas idéal mais il faut retenir l’intention, la raison pour laquelle on se mobilise pour la visibilité des femmes » a ajouté Elise Pereira-Nunes, également pour la majorité.

Créations de postes...

L’adjointe Catherine Reynaud a annoncé 25 créations nettes de postes pour la ville cette année et 18 en 2022. L’objectif de la municipalité est de déprécariser 36 agents en passant leur contrat de CDD à CDI de fonctionnaire dans les services éducation et petite enfance.

L’enveloppe financière consacrée à ce plan est estimée à 500 000€ pour une année. L’élu du groupe Tours Nous Rassemble Thibault Coulon s’est interrogé sur les prévisions budgétaires pour les dépenses en personnel : +0,5% selon la majorité « alors qu’on était à +0,8% voire +1% naturellement sans créer de postes les années précédentes. » L’ancien maire Christophe Bouchet s’est lui inquiété des conséquences de cette enveloppe sur la capacités d’investissement pour développer de nouveaux projets.

Culture sous Covid..

Les musées et salles de spectacles ne peuvent pas accueillir de public... Face à l’arrêt du secteur culturel, la ville de Tours veut proposer « d’organiser des spectacles en mobilité » selon l’adjoint à la culture Christophe Dupin. La demande est en cours d’examen par la préfecture. Par ailleurs, la municipalité met à disposition des lieux de la ville pour des captations de performance. Elle propose également un accès gratuit à la salle Ockeghem et à la salle Jacques Villeret.

Cimetières...

La question de la place des carrés confessionnels, notamment musulmans dans les cimetières de la ville a été abordée également lors de ce conseil. Aujourd’hui, il y a une tension a reconnu Florent Petit, adjoint en charge des cimetières. Au cimetière de Saint-Symphorien, le carré musulman comporte aujourd’hui 110 places avec 6 places disponibles. A Tours-Sud sur les 184 emplacements disponibles, 177 sont actuellement occupés. L’adjoint évoque une réflexion à avoir à l’échelle métropolitaine mais évoque aussi des possibilités annexes, comme la possibilité d’enterrer de façon conforme aux rites confessionnels au sein du cimetière La Salle (tombe orientée vers La Mecque et en pleine terre). Une option qui en revanche ne serait pas possible à Tours Sud.

Questions des habitants...

Un jeune tourangeau de 11 ans a demandé - par visio - si la ville comptait installer de nouvelles tables de ping-pong dans les espaces publics. « Nous le faisons selon la demande des habitants, la dernière a été mise en place dans le jardin de la Milletière. On en a à peu près 10 dans la ville car nous avons peu de demandes » a répondu Betsabée Haas, en charge des parcs et jardins. Il faut savoir qu’un tel équipement coûte 5 000€. « On va essayer d’en mettre plus » promet l’élue.