Tours

Subventions à Tours : la mairie veut soutenir plus d’associations

Une orientation qui a fait réagir l’opposition.

Le conseil municipal de la ville de Tours votait ce lundi son budget 2021 (près de 300 millions d’euros dont environ 35 millions d’investissements). Parmi les gros postes de dépenses : les subventions aux associations ou aux clubs sportifs. Tout n’a pas été voté d’un coup mais tout de même une enveloppe de 1,3 million d’€ pour le secteur culturel et une somme similaire pour la section sport et éducation. L’adjoint au maire chargé des finances Frédéric Miniou a défendu « un soutien réel et appuyé » et « un accompagnement plus équitable » pour les différentes structures soutenues par la municipalité.

Une politique qui a soulevé plusieurs questions et entraîné un débat conséquent...

Membre du groupe d’opposition Les Progressistes, Barbara Darnet-Malaquin a d’abord demandé quelles étaient les garanties apportées pour les prochains mois aux clubs de sport mis en difficulté par la crise sanitaire. Réponse de l’élu en charge du sujet Eric Thomas :

« Nous engageons une réflexion sur la simplification des relations entre la ville et le monde sportif. Les difficultés de trésorerie sont extrêmement disparates d’un club à l’autre. Certains connaissent des pertes de licenciés et de bénévoles mais n’ont pas de difficultés de trésorerie car il n’y a pas de frais d’arbitrage ou de déplacements. Nous allons étudier les situations club par club pour voir le détail des besoins et des attentes. Ce n’est pas le rôle de la ville d’apporter des aides aux acteurs qui n’en ont pas besoin. »

Egalement membre des Progressistes, Benoist Pierre s’est interrogé sur l’absence de certaines structures dans la liste des aides (dont le festival musical Les Méridiennes ou l’association Blouses Notes qui organise des concerts pour les enfants malades). L’adjoint au maire chargé de la culture Christophe Dupin a expliqué que c’était en raison de dossiers encore incomplets et que des enveloppes seraient bien prévues lors d’une prochaine réunion du conseil municipal.

Au-delà ce ces questions, Benoist Pierre regrette plus globalement « un émiettement des petites subventions sans réel projet dans la durée. »

« C’est un catalogue sans avoir une vue d’ensemble et un discours de politique générale sur la culture. »

« On est dans le flou » a complété Marion Nicolay-Cabanne pour le groupe Tours Nous Rassemble.

Pendant plus de dix minutes, Christophe Dupin a alors défendu la politique culturelle municipale menée depuis son entrée en fonction début juillet 2020 : « Nous avons rencontré plus de 170 acteurs culturels et les demandes de subventions ont augmenté de 25%. Les critères d’attribution ont porté sur la taille de l’association, le nombre de salariés, le rayonnement, leur implication dans les quartiers ou leur rôle au sein de l’éducation populaire. Nous avons fait le choix de ne supprimer aucun événement à l’inverse de l’ancienne municipalité qui a tiré un trait sur Rayon Frais (ex événement dédié à l’art de rue, ndlr). Nous avons choisi de mettre en avant de petits lieux culturels qui irriguent le territoire. Ce sont de petits montants mais cela prouve notre reconnaissance de leur travail. »

L’élu assume par ailleurs la baisse de crédits accordés à une manifestation comme Concerts d’Automne avec l’ambition de « rééquilibrer » les fonds apportés aux différentes formes d’arts.

En 2021, et sous réserve de la reprise des manifestations culturelles, la ville de Tours souhaite « favoriser l’émergence » de deux nouveaux projets : la finale de la Coupe de France de slam en juin et le Parlement de Loire en septembre. L’événement estival Les Inattendus organisé pour la première fois en août 2020 reviendra pour une seconde édition augmentée car dotée de 250 000€ soit 100 000€ de plus que la première fois. Une somme prise sur le budget événementiel et non des subventions d'après la mairie.