Tours

A Tours, la collecte urgente de protections menstruelles pour les femmes précaires

Bonne nouvelle : il y a de la générosité dans l’air.

On vous parle souvent des collectes alimentaires organisées en supermarché pour venir en aide aux personnes qui n’ont pas toujours de quoi acheter à manger Ces opérations sont de plus en plus souvent compilées avec une récupération de produits d’hygiène. Les chiffres sont là : un tiers des étudiantes ont besoin d’aide pour acheter des protections périodiques lorsqu’elles ont leurs règles (une difficulté qui revient toutes les quatre semaines).

« C’est un coût important. Quand j’étais étudiante, j’étais obligée de trouver des combines : on se dépannait entre copines ou je faisais du stock chez mes parents » raconte Mélinda. Aujourd’hui en service civique chez Unis-Cité Tours, la jeune femme s’engage dans l’opération Sang % solidaire avec une quinzaine d’autres volontaires.

« Même donner une serviette c’est déjà bien. Les gens en ont besoin. »

Concrètement, il s’agit d’une collecte de serviettes ou de tampons organisée jusqu’au 20 février minimum dans les supermarchés de Tours (les 17, 19 et 20 aux Carrefour City des Halles et de la Rue Néricault Destouches + Auchan Rabelais). Et ça marche : « Les gens sont super sympas, ce qui nous a étonné c’est que beaucoup d’hommes sont venus donner. Et s’ils ne savaient pas quoi prendre, ils nous demandaient de les accompagner dans les rayons pour choisir » souligne Mélinda qui était postée dans l’un de ces magasins. « On a vu beaucoup de jeunes donner, aussi. » En quelques heures, plus de 1 600 articles ont été rassemblés. L’action est également déployée dans d’autres villes.

« C’est très intéressant de pouvoir discuter de ce sujet avec les personnes qu’on croise, notamment des femmes qui ont des difficultés à acheter ces produits et qui veulent savoir comment bénéficier de la collecte » nous dit encore Mélinda. En l’occurrence c’est Entraide et Solidarités qui sera bénéficiaire des dons avant de les redistribuer. D’autres associations comme la Croix Rouge en donnent également.

Ce que les équipes d’Unis-Cité demandent ce sont donc des tampons, des serviettes, des protège-slip… Mais aussi, pourquoi pas, des cups. Des produits entre 1€50 et 4-5€ qui peuvent vite avoir un impact conséquent sur le budget mensuel. « Quand on ne le vit pas, on ne se rend pas compte de l’impact » insiste Mélinda. Au-delà de l’acte solidaire il y a donc la sensibilisation à un problème de société de moins en moins invisible mais qui peut demeurer tabou : « L’important c’est de bien montrer qu’on est là. « Même déposer une serviette c’est déjà bien. Les gens en ont besoin » conclut la jeune femme en service civique qui évoque en prime l’existence de lieux de dépôts plus pérennes à l’école de commerce ESG, au local de son association ou au BIG Avenue de Grammont.

 Olivier Collet

Plus d’infos sur les comptes Facebook et Instagram des Diffuseurs de Solidarité 37. A noter qu’à Chambray, Le Drive du Bon Sens organise également une collecte de protections. La mairie de Tours a elle a mis une boîte à disposition à l’accueil de l’Hôtel de Ville, Rue des Minimes.