Tours

Le Département d’Indre-et-Loire prépare son propre plan de relance post-Covid

Et espère un soutien de l’Etat.

Les 38 élus du Conseil Départemental d’Indre-et-Loire voteront leur budget 2021 au mois de mars. En charge des collèges, des routes, de la protection de l’enfance, des aides au handicap mais aussi du sport et de la culture, cette institution projette 636 millions d’€ de dépenses d’ici la fin de l’année… Dont 94,5 millions rien que pour le versement du RSA (80 millions avaient été programmés en 2020, pour 86,6 millions effectivement dépensés en raison de la crise du coronavirus qui a fait basculer des milliers de personnes dans la précarité).

C’est donc une année marquée par la crise sanitaire qui s’annonce… Au total le président Jean-Gérard Paumier estime que le coronavirus exige 12 millions d’€ de crédits supplémentaires, soit 1 million par mois. L’élu en profite pour déplorer le manque de compensations de l’Etat sur les dépenses sociales et l’incertitude financière après la perte du levier fiscal (il ne peut plus augmenter d’impôts, les seules ressources provenant de la fiscalité sont liées au marché immobilier. Si il y a beaucoup de ventes, elles augmentent. Mais si les transactions baissent, les finances de la collectivité s’effondrent).

22 millions d'€ pour les collèges

Malgré ces incertitudes, le Conseil Départemental se prépare à voter un budget avec 82 millions d’€ d’investissements, dont 22 millions dédiés aux travaux dans les collèges (le quart de l’enveloppe servira à la rénovation complète de l’établissement situé à Savigné-sur-Lathan, avec un chantier de deux ans qui doit démarrer en septembre 2021. Le permis de construire est prêt à être validé, malgré l’opposition du maire de la commune).

Pour financer certains de ses projets, l’institution espère bien bénéficier d’une partie du plan de relance de 100 milliards d’€ annoncés par l’Etat. Son idée : présenter des projets qui collent avec les objectifs gouvernementaux en termes d’environnement ou de rénovation immobilière, par exemple. Jean-Gérard Paumier a établi une liste comprenant notamment des rénovations énergétiques en collège (isolation thermique de terrasses…), le Plan Forêts et le Plan Mares (avec l’aménagement de l’étang de Sassay dans le but d’en faire un espace naturel sensible), la création d’une voie verte entre Hommes, Rillé et Channay-sur-Lathan, une nouvelle piste cyclable dans le Bouchardais ou la construction d’une maison d’accueil pour personnes âgées « innovante » sur la commune de Fondettes.

Pour en savoir plus, allez lire notre article détaillé sur 37 degrés et l'avis de l'opposition via ce lien.

L’ensemble de ces projets sont chiffrés à 20 millions d’€ et le Département espère obtenir jusqu’à 8 millions d’€ de l’Etat. Les demandes officielles sont lancées, « et j’espère pouvoir voter ce plan en mars » nous dit Jean-Gérard Paumier. A noter également que la collectivité garantit des subventions égales à celles de 2020 pour les associations, ; clubs sportifs ou événements qu’elle est habituée à soutenir… même en cas d’annulation de festivités. La politique est identique pour les fonds versés aux communes (11 millions d’€ par an), le président partant du principe que cela permet d’engager des chantiers au montant 4 fois supérieur, donc de participer à la relance économique.

Olivier Collet