Tours

[Tête à tête] « Rouvrir pour le BTP ça remotive toute l’équipe »

Le Café Concept a autorisation de servir les ouvriers du bâtiment.

Mardi 2 février, la préfecture d’Indre-et-Loire donnait une liste d’une quarantaine de restaurants autorisés à servir les salariés du BTP pendant leur pause déjeuner. Quand on dit servir il s’agit bien de repas pris à table, en respectant les mesures sanitaires (pas plus de 4 personnes par tablée, avec 2m de distance). Les conditions sont strictes (les établissements doivent préalablement passer un contrat avec les entreprises, les ouvriers ne peuvent pas venir à l’improviste, et les autres professions souvent en extérieur ne sont pas concernées) mais pour certains cette opportunité fait grand bien au moral après trois mois sans personne en salle.

Parmi les enseignes concernées on trouve Le Café Concept de Tours, Place de la Victoire. Grégori Colin en est le gérant : « C’est un appel à la solidarité et ça fait partie de nos valeurs essentielles. Ça tombe en plein dans ce qu’on sait faire à savoir le développement d’une sensibilité sur la précarité alimentaire puisque nous avons également le projet d’installer un frigo solidaire. Quelque part des gens qui mangent dans le froid, que ce soit du fait de leurs obligations professionnelles ou de leur situation de vie, ça nous touche. On est là pour leur proposer à manger. » Une vingtaine de places sont disponibles contre le double avant l’apparition du coronavirus.

Une clientèle déjà présente avant la pandémie

En plein centre-ville de Tours, Le Café Concept voyait déjà des artisans passer ponctuellement déjeuner dans l’établissement. « A budget à peu près équivalent ils préfèrent venir là que dans une boulangerie. C’est complémentaire avec notre population de brocanteurs qui a besoin de simplicité, de prix bas et de qualité » poursuit Grégori Colin.

Alors qu’est-ce qu’on mange ?

« Notre carte change de moitié tous les jours avec des produits locaux, bio autant que possible et 100% fait maison. On propose également un burger en vente à emporter. »

Les démarches étant compliquées avec les entreprises, très cadrées, Le Café Concept n’a pas encore accueilli ses premiers ouvriers à l’heure où l’on publie cet article. En fin de semaine seuls une demi-douzaine d’établissements autorisés à rouvrir en Touraine avaient effectivement repris une activité. Néanmoins, la simple perspective de rendre les tables accessibles réjouit l’équipe : « Ça a redonné du sens à notre job et ça remotive toute l’équipe. On se rappelle que notre métier c’est ça : accueillir et servir les gens. En plus pour une bonne raison car c’est pour dépanner les salariés. Je vois ça comme une belle aventure humaine. »

« Ça nous permet de vivre quelque chose de différent après tous ces mois difficiles »

 

« On est une cantine pour les ouvriers et c’est comme ça qu’on le conçoit. A période exceptionnelle, mesures exceptionnelles » résume Grégori Colin qui passe beaucoup de temps avec les entreprises pour les encourager à signer un contrat avec son établissement selon un modèle diffusé par la préfecture (par exemple les clients doivent avoir leur carte professionnelle, sinon impossible de rentrer).

L’Etat a indiqué que cette activité de restauration n’amputerait pas les aides des établissements partenaires. Ils bénéficieront toujours du fonds de solidarité (jusqu’à 10 000€). A noter que les prix sont définis à l’avance, lors de la signature du contrat : « On sait qu’on s’adresse à des personnes qui ont un travail physique dans des conditions pénibles. L’idée c’est qu’ils aient pris un bon repas pour aller au bout de leur journée, en plus d’avoir fait une pause. Ça nous permet de vivre quelque chose de différent après tous ces mois difficiles » conclut Grégory Colin. Pour l’instant, les restos n’ont aucune perspective claire de réouverture à toutes les clientèles. Les premiers jours d’avril ont été évoqués, mais la situation sanitaire fragile n’a pas encouragé le gouvernement à communiqué clairement sur le sujet.