Tours

A Tours, la grande première d'une cheffe d'orchestre vénézuélienne

Sa première direction d'un orchestre professionnel.

L’Orchestre Symphonique Région Centre-Val de Loire basé à l'Opéra de Tours joue les prolongations des célébrations du 250e anniversaire de Beethoven. Il interprète Le concerto pour violon, mais également, la symphonie en ut majeur de Bizet... sous la direction d'une cheffe vénézuélienne : Glass Marcano.

Comme Bizet qui avait 17 ans lorsqu’il composa cette œuvre en 1855, Glass Marcano nous marque par sa jeunesse (elle n’a que 24 ans). Lors d'une conférence de presse ce samedi, Laurent Campellone - directeur du Grand Théâtre - ne tarit pas d’éloges sur cette jeune cheffe, qui dirige pour la première fois un orchestre de professionnels.

Comme disait Pierre Corneille "Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années", cette citation s’applique tout à fait à Glass Marcano qui a commencé ses études musicales à l’âge de 4 ans. A 8 ans, elle entre au conservatoire de musique Mescoli White Star, et l’année suivante devient membre de l’Orchestre des jeunes de San Felipe.

En 2012, elle décide d’entamer des études de direction d’orchestre. 6 ans après elle est directrice musicale de l’Orchestre Symphonique des jeunes du Conservatoire.

En 20 ans, elle a gravi tous les échelons qui la mènent aujourd’hui à diriger un orchestre symphonique et deux monuments du répertoire classique que sont le Concerto pour violon en ré majeur, composé par Beethoven en 1806 et la Symphonie en ut majeur, de Bizet, mais également diriger une grande violoniste soliste Stéphanie-Marie Degand. Cette artiste se produit dans les salles les plus prestigieuses, mais elle a dirigé également l’Orchestre Philharmonique de Liège. Sa discographie illustre fidèlement son parcours, qui va de Monteverdi à Eric Tanguy, au duo violon-clavecin.

Laurent Campellone souligne les qualités artistiques qui feront de cette jeune cheffe une valeur sûre, que nous aurons très certainement le plaisir de retrouver à la tête de l’Orchestre Symphonique Région Centre-val de Loire/Tours. À une question de l’assistance concernant le fait que Glass Marcano ne parle que l’Espagnol, comment faisait-elle pour communiquer avec les musiciens ? Laurent Campellone répondit que le langage de la musique est universelle et que donc elle pourrait même diriger un orchestre sur Mars.

Roger Pichot

(Ce concert sera capté pour une diffusion à la télévision)