Tours

[C’est quoi le problème ?] Pourquoi on n’a pas encore la fibre partout à Tours ?

Plus de 13 000 adresses ne sont pas raccordées.

[C’est quoi le problème ?] est une rubrique d’Info Tours pour répondre à vos questions ou vérifier des informations à partir de vos commentaires ou de posts très partagés sur les réseaux sociaux.

------------

Vincent nous a écrit pour regretter la lenteur de déploiement de la fibre optique dans son quartier. L’homme habite à Febvotte et il s’étonne que ce secteur très peuplé de Tours-Centre ne soit pas encore relié à l’Internet à très haut débit...

Des messages de ce genre, Antoine Martin en a régulièrement : « Avec les confinements et le développement du télétravail les besoins numériques augmentent. Certaines personnes m’ont écrit pour dire qu’elles étaient obligées de faire un partage de connexion via leur téléphone car leur débit ADSL est insuffisant » nous dit l’adjoint au maire en charge du sujet.

A la mairie, le déploiement de la fibre est un sujet « prioritaire » : sur les 101 000 foyers que compte la ville de Tours, 87 600 sont raccordables à la fibre. Tous ne sont pas équipés mais il leur suffit de faire une demande à l’opérateur Orange et ça peut se régler très facilement.

Une expérimentation à Tours-Nord cette année

Pour les 13 000 autres c’est un peu plus compliqué... « La plupart du temps les câbles de fibre sont enterrés mais dans certains cas nous devons passer par l’extérieur et par des poteaux ce qui pose problème » explique Antoine Martin. Trois secteurs sont particulièrement concernés : le quartier Febvotte (celui de notre lecteur, Ste Radegonde / Île Aucard et les abords du cimetière de La Salle à Tours-Nord. Dans ce dernier cas, la ville s’apprête à mener une expérimentation afin de déployer une quarantaine de poteaux capables de supporter la fibre et résister aux tempêtes (critère indispensable pour toute implantation de nouveau poteau dans les rues suite aux grands coups de vent de décembre 1999).

Ce travail, la municipalité le mène avec l’opérateur Orange et son prestataire Sogetrel avec l’objectif de raccorder un maximum d’adresses d’ici fin 2022, date limite fixée par contrat pour que l’opérateur prenne à sa charge le coût des travaux. Si des blocages persistent après ce délai, c’est la collectivité qui risque d’‘en avoir pour ses frais... D’où l’idée d’aller vite : « Depuis notre arrivée à l'été 2020 nous avons levé certains blocages »assure Antoine Martin. Des discussions ont également lieu avec l’Architecte des Bâtiments de France afin qu’installation de la fibre reste compatible avec préservation du patrimoine urbain (des quartiers comme Febvotte et Ste Radegonde sont soumois à des règles particulières et on peut difficilement imaginer de voir des câbles déployés n’importe comment à l’air libre).

Des obstacles divers et variés

« Je ne peux pas m’engager sur une date précise mais on essaie de faire en sorte d’aller le plus vite possible » assure encore l’adjoint au maire rappelant que certains chantiers peuvent mettre jusqu’à 5 mois à se réaliser, entre les études techniques préalables et la réalisation des travaux à proprement parler. Dans certains cas - marginaux - ce sont des propriétaires privés qui bloquent : « La fibre suit le cuivre et si le cuivre passe sur leurs murs on peut avoir des difficultés. »

Ajoutez à cela que la pose d’un poteau peut rendre certains trajets plus difficiles pour les personnes à mobilité réduite et on comprend que l’arrivée du web à haut débit peut vite se transformer en casse-tête.