Tours

[Sans filtre] Une loi sur le bien-être animal « attendue depuis très longtemps » pour le député de Tours

Philippe Chalumeau proposera un amendement en séance ce mardi.

C’est un texte de 16 articles dont on va pas mal entendre parler : ce 26 janvier la proposition de loi sur le bien-être animal arrive à l’Assemblée Nationale. On y trouve plusieurs mesures comme l’obligation de stériliser les chats errants pour éviter leur prolifération ou celle de suivre une sensibilisation lorsqu’on décide d’acquérir un animal de compagnie, et ce dans le but d’éviter les mauvais traitements. Tout un pan est également consacré au renforcement des sanctions en cas de dérives.

« On a envie d’avancer sur ce sujet, c’était attendu depuis très longtemps » se félicite le député LREM de Tours Philippe Chalumeau qui y voit une suite logique après la reconnaissance des animaux comme être vivants doués de sensibilité en 2015. « Le débat monte depuis un moment dans la société et on progresse sur ces questions. Il y a 10 ans je n’étais peut-être pas aussi sensibilisé sur ce sujet mais je le suis de plus en plus » explique l’élu de la majorité présidentielle.

Il faut dire que de nombreuses associations ne ménagent pas leurs efforts pour amener des sujets sur le devant de la scène médiatique, de la SPA à L214 en passant par le lancement d’une démarche pour un référendum sur la question par le journaliste Hugo Clément (même si ça n’a pas été jusqu’au bout). D’ailleurs, les thèmes de la chasse ou de l’élevage intensif ne figurent pas du tout dans le texte :

« Ce sont des questions qui doivent être traitées à part et qui méritent des lois entières. Si l’on veut avancer sur ces causes il faut des sujets qui ne soient pas clivants, qui suscitent l’adhésion du plus grand nombre. C’est ce qu’on a réussi à faire avec cette loi »

Les débats sur la chasse à courre ou sur les conditions de vie du bétail seront donc remis à plus tard. De quoi susciter des déceptions.

« Ce que ce texte renvoie c’est l’image d’une société soucieuse de l’environnement et des êtres vivants qui l’entourent. Une société plus apaisée, plus sereine. Une telle loi c’est quand même une première » insiste le député de Tours qui parlera pour sa part des Nouveaux Animaux de Compagnie. Il a rédigé un amendement pour établir une liste des espèces autorisées chez les particuliers... Par définition, toutes les autres seront interdites.

L’objectif de cette démarche, réalisée en lien avec des associations, c’est de lutter contre les trafics ou les mauvaises conditions de détention : « Les animaux qui ne seront pas sur la liste ne pourront pas faire l’objet de commerce, sauf dérogation » insiste le député. Une liste qui devra être établie plus tard par le ministère de la transition écologique.