Tours

Pont Wilson sans voitures : le test prolongé jusqu’au 30 septembre

L’axe reste réservé aux mobilités douces.

C’est une expérimentation qui dure. Mi-août 2020, le Pont Wilson de Tours est devenu inaccessible aux véhicules à moteur. Sa voie dédiée aux voitures a été remplacée par une piste cyclable à double sens afin de laisser plus de place aux piétons du côté est de l’ouvrage.

Très commentée, très critiquée, cette décision de la municipalité écologiste du maire de Tours n’en finit pas de faire des remous, 5 mois après son entrée en application. Même si le pont était déjà interdit aux voitures dans le sens sud-nord depuis les travaux du tram, et que le trafic automobile représentait moins de 10% des traversées de la Loire, nombreux sont les automobilistes ou professionnels qui se plaignent de la mesure estimant qu’elle entraîne plus de bouchons, de pollution ou de désertification des commerces du centre-ville. Une pétition de l’association des Vitrines de Tours circule pour demander un retour à la situation d’avant. Elle vient d’ailleurs d’être relancée.

De son côté, la mairie persiste. Elle vient de prendre un nouvel arrêté qui repousse au 30 septembre 2021 le test de cette coupure au trafic motorisé. Interrogé par Info Tours il y a quelques jours sur ce sujet, Emmanuel Denis indiquait que la période particulière (semaines de confinement, travaux de l’A10...) ne permettait pas de faire un bilan précis des conséquences réelles sur le trafic. Ainsi, aucune période « normale » n’a pu être analysée depuis l’entrée en service de la nouvelle piste cyclable. Comparer le trafic de l’automne 2020 à celui de l’automne 2019 ou 2018 n’est pas objectivement possible.

Pour l’instant, les seuls chiffres dont on dispose sont ceux des compteurs vélos disposés sur le Pont Wilson. Le 4 septembre il y a eu jusqu’à 2 808 passages de cyclistes enregistrés dans un sens ou dans l’autre. On en a compté 1 671 le 1er décembre. Les données complètes de 2020 et des années précédentes sont disponibles sur ce lien.

A noter d’ailleurs que la ville de Tours a récemment annoncé des compteurs vélo à l’entrée du Pont de Fil et du Pont Napoléon pour voir en direct combien de passages quotidiens il y a sur ces ouvrages, là-encore dans le but d’encourager la pratique cyclable. Une étude publiée ce mercredi révèle qu’en ville, une majorité d’usagers des transports en commun réfléchissent désormais à marcher ou pédaler pour éviter bus, métro ou tram à cause des risques de contaminations en cette période de pandémie. L’usage des taxis, VTC ou du covoiturage est également en diminution.