Tours

Covid-19 : à quand des centres de vaccination grand public en Indre-et-Loire ?

Avant fin janvier selon Emmanuel Macron.

C’est le mail d’un lecteur d’Info Tours. Il s’appelle Paul et il nous demande : « J’ai 80 ans et j’habite Tours-Nord. Où puis-je me faire me vacciner ? » La réponse, à l’heure où nous écrivons ces lignes : nulle part.

Depuis le 28 décembre, l’Indre-et-Loire est un des premiers départements à bénéficier du vaccin Pfizer-BioNTech – en attendant l’autorisation des formules d’autres laboratoires. Le CHU a reçu un peu moins de 10 000 doses le 26 décembre, de quoi vacciner environ 5 000 personnes car il faut deux injections à trois semaines d’intervalle pour garantir l’immunité à 95% promise par le fabricant. C’est peu par rapport aux plus de 600 000 personnes qui vivent dans le département, les résidents d’EHPAD ont donc été prioritaires puis, depuis mardi 5 janvier, les soignants de plus de 50 ans ou avec problèmes de santé, ainsi que tout le personnel du CHU de Tours. 4 centres qui leur son dédiés ont ouvert en lien avec l’hôpital, 3 autres feront de même dès le 11 janvier à Loches, Chinon et Amboise.

Et le grand public, c’est pour quand ?

Dans le cas de Paul, il a beau avoir 80 ans et être donc considéré comme public prioritaire, sans être hébergé en EHPAD il n’a pas encore accès au vaccin. Le grand public – hors pensionnaires d’EHPAD, hors professions de santé – sera concerné plus tard, et probablement selon l’âge des individus. Certaines voix s’impatientent… Ainsi, ce mardi, le maire de Joué-lès-Tours Frédéric Augis s’est dit prêt à ouvrir un centre de vaccination grand public Salle Jacques Brel à la Rabière, à l’Espace Clos Neuf ou ailleurs sur sa commune. Un dispositif qu’il imagine similaire à celui du centre de dépistage actif depuis fin 2020 dans cette fameuse salle Jacques Brel en lisière du Parc de la Rabière.

A Saint-Cyr-sur-Loire, initiative similaire de Philippe Briand : il propose de mettre à disposition la salle de spectacle l'Escale. "Cet engagement local, au plus proche des citoyens, doit permettre de répondre à la volonté d’accélérer la vaccination des populations" dit le maire.

Président des maires d’Indre-et-Loire, de droite comme ses deux confrères cités ci-dessus, le maire de Fondettes Cédric De Oliveira est sur la même ligne :

« Les Communes ont, depuis le début de cette crise sanitaire, su s’organiser de façon extraordinaire pour se procurer et distribuer des masques ou transformer leurs salles communales en centres de test PCR. Aussi, ces mêmes Communes sont bien en capacité d’adapter localement le dispositif de vaccination et de gagner ainsi en efficacité. Dans ce contexte, elles peuvent bien entendu mettre à disposition leurs salles des fêtes ou leurs gymnases et apporter toute l’aide logistique dont elles peuvent faire preuve. »

Un message également relayé par l’ancien maire de Tours Christophe Bouchet, aujourd’hui dans l’opposition, qui réclame des centres de vaccination dès que possible dans la ville. La réponse à ces requêtes ne s'est pas faite attendre : en visite à Tours ce mardi, Emmanuel Macron a rencontré des élus locaux pendant 2h30 à la préfecture. Selon le député LREM Philippe Chalumeau, le chef de l'Etat a annoncé que "5 à 6 centres de vaccination ouvriront dans chaque département d'ici la fin du mois de janvier." Une information d'ampleur nationale que la Touraine a appris avant tout le monde.

Olivier Collet