Tours

[Ils l’ouvrent] Vaccination anti-Covid : un retard à l’allumage très critiqué

Le président de région demande une accélération.

A peine plus de 500 personnes vaccinées en France en début d’année 2021 quand elles se comptent déjà par centaines de milliers dans d’autres pays d’Europe, et en millions aux Etats-Unis. Présenté comme ça, le bilan peut faire un peu désordre alors que les responsables politiques placent de grands espoirs dans le vaccin pour endiguer l’épidémie de Covid et lever les restrictions sanitaires. Le gouvernement a beau assumer la stratégie, et assurer que le rythme va vite augmenter pour rejoindre celui de nos voisins, les critiques ne manquent pas.

Ce dimanche soir, le président de la région Centre-Val de Loire François Bonneau a dévoilé un courrier envoyé au ministre de la santé Olivier Véran :

« Si les gestes barrières, le confinement puis le couvre-feu ont constitué et continuent d'être des mesures nécessaires nul ne peut douter aujourd'hui que la seule mesure capable de stopper ce virus et ses terribles effets réside dans la vaccination la plus rapide possible de toutes celles et ceux qui le souhaitent ! »

L’élu socialiste ajoute que « rien ne doit s'opposer ou freiner une très vaste campagne de vaccination » et il réclame une montée en charge du dispositif :

« Parce que le temps presse pour protéger notre société face à cette terrible menace, parce que nos concitoyens comprennent dans leur majorité la nécessité qu’une vaccination la plus globale et rapide possible pour atteindre une réelle efficacité, parce que pas une seconde ne doit être perdue si nous voulons protéger des vies. (...) Il appartient à l’Etat de décider d’une très rapide accélération du dispositif initialement engagé. »

François Bonneau propose ainsi d’aider le gouvernement à proposer la vacicnation « au plus près des lieux de vie. »

Incompréhension également de l’ex élue - communiste - au conseil municipal de Tours, Josette Blanchet :

« De juillet à décembre nous avions le temps de peaufiner une organisation adaptée au territoire français. Pourquoi n'y a t-il pas eu de plan envisagé avec différentes options opérationnelles dès janvier discutées en amont dans les régions et département. Se faire vacciner c'est aller à la reconquête de nos libertés perdues. »

Elle propose ainsi de « mettre à disposition le personnel qualifié - médecins et infirmières du CCAS un temps donné pour une vaccination grand public pour les plus de 65 ans habitant Tours qui souhaitent être vaccinés ainsi qu'au personnel de la ville. »