Tours

Un « RER tourangeau » : ce projet dont vous allez beaucoup entendre parler en 2021

Certains rêvent de le voir aboutir rapidement.

« Dès le début de l'année 2021, nous mobiliserons la région et la SNCF pour travailler sur un réseau express dans notre métropole » : la phrase est signée du maire de Tours Emmanuel Denis mardi 29 décembre, sur sa page Facebook. L’élu écologiste commentait alors la Une du journal Libération consacrée au retour envisageable du train de nuit… à peine quelques années après sa disgrâce (fermeture des lignes les uns après les autres, parce que jugées non rentables).

Alors que le tracé de la deuxième ligne de tramway de l’agglomération tourangelle vient tout juste d’être défini, le maire souhaite donc aller encore plus loin. En cela il rejoint l’ADTT, association pour le développement des transports publics en Touraine.

Dans sa dernière lettre diffusée fin 2020, la structure livre un plaidoyer pour un réseau TER étendu dans la grande agglomération tourangelle. Autrement dit, plus de trains et plus d’arrêts qu’aujourd’hui. « L’ADTT a estimé qu’il fallait relancer l’amélioration de l’étoile ferroviaire tourangelle, en utilisant son exceptionnelle densité (8 branches soit autant que Lyon et plus que Toulouse (6 branches) en adoptant les objectifs suivants : contribuer à désengorger les villes du trafic automobile ; améliorer la desserte voyageur de l’aire métropolitaine ; permettre de meilleures relations régionales par le rail en reliant Tours à des villes voisines. »

L’idée serait donc de créer un « RER métropolitain », inspiré du fameux RER parisien. « On peut ainsi lister comme terminus potentiels : Saint Antoine du Rocher, Monnaie, Amboise, Bléré-La Croix, Cormery, Sainte Maure-Noyant, Azay-le-Rideau, Langeais » plaide l’ADTT qui en parle depuis trois décennies et sent son heure venue avec une meilleure écoute politique. Ce serait des sortes de navettes « comme cela existe déjà pour Bléré-La Croix. »

Pour mener ce projet à bien, et lui assurer une bonne fréquentation, l’association suggère la réouverture de gares fermées comme Fondettes ou de nouvelles gares au Carrefour de Verdun à Tours. Des stations à La Riche, La Ville-aux-Dames, Vouvray, Dierre, Vernou, Mettray-Tours Nord ou Mettray ville pourraient contribuer à densifier le maillage. « L’étoile permettrait des temps de trajets d’une rapidité incomparable. Les navettes pourraient assurer des liaisons directes de périphérie à périphérie (par exemple de Mettray à La Ville aux Dames), en permettant, de plus, des correspondances Grandes Lignes et TGV »lit-on encore dans le texte en faveur du projet argumentant en prime pour une amélioration des liaisons vers Loches, Chinon ou Blois.

Ces projets se heurtent à plusieurs obstacles : l’idée de créer une halte ferroviaire à Verdun est déjà avancée depuis de nombreuses années… sans aucune avancée concrète. Jusqu’ici, la SNCF n’a jamais montré beaucoup de volontarisme pour des projets de développement ferroviaire, freinant par exemple des 4 fers pour tout projet de relance d’une navette Tours / Saint-Pierre-des-Corps (car pas assez de passagers selon elle). La fréquentation d’un tel RER urbain sera l’une des clés alors qu’aujourd’hui le réseau TER transporte autant de monde dans toute la région que la ligne A de notre tram en 24h. Il faudra également trouver les financements (travaux des voies, achat de trains, personnel, maintenance supplémentaire). Un projet pas impossible mais forcément long à mettre en place.