Tours

En 2021, on ne mesure plus la qualité de l’air comme avant en Touraine

Le dispositif a été modifié.

Cela fait partie des changements du 1er janvier 2021 avec la hausse du prix du timbre ou des tarifs réglementés du gaz : un nouvel indice pour mesurer la qualité de l’air ou – dit autrement – le niveau de pollution dans l’atmosphère au-dessus de nos têtes. Jusqu’ici, on se fiait à une échelle graduée de 1 à 10 : plus le chiffre était bas, plus la situation était satisfaisante. Il était communément admis de dire qu’un indice 5-6 correspondait à un air de qualité assez moyenne voire médiocre, et au-delà c’était particulièrement mauvais. Les autorités pouvaient alors prendre des mesures pour réduire la vitesse des voitures, par exemple.

Et maintenant comment ça va se passer ? L’échelle ne compte plus 10 niveaux mais seulement 6. A chaque pallier correspond un adjectif :

  • Vert pâle > Bon
  • Vert clair > Moyen
  • Jaune > Dégradé
  • Rouge > Mauvais
  • Ecarlate > Très mauvais
  • Violet > Extrêmement mauvais

Chaque jour on peut découvrir une carte de la région Centre-Val de Loire avec une couleur pour chaque commune. Elle est disponible sur le site de Lig’Air, l’association qui mesure la qualité de l’air dans nos 6 départements. Concernant l’Indre-et-Loire, on découvre que l’agglomération tourangelle, tout le nord et l’est du territoire sont confrontés à un air dégradé en ce samedi 2 janvier. C’est aussi le cas dans une partie du Loiret. Aucune commune de la région n’affiche l’indice Bon, il est au mieux moyen mais jamais mauvais.

A noter que Lig’Air propose des prévisions à deux jours de l’évolution de la situation. Cela devrait ainsi s’améliorer ce dimanche (indice moyen en Indre-et-Loire).

L’association précise que cette nouvelle échelle se conforme aux standards européens « plus sévères » pour déterminer la qualité de l’air. « Il évolue également en réponse aux attentes de plus en plus fortes des citoyens avec l’intégration d’un nouveau polluant : les particules fines (PM2,5), dangereuses pour la santé » peut-on lire dans le texte qui accompagne cette évolution de classification.

Résultat des courses, selon Lig’Air, « Avec des seuils de classe plus sévères, ce nouvel indice entrainera plus de journées avec un indice de qualité de l’air « moyen », « dégradé » voire « mauvais ». Ceci ne sera pas le résultat d’une dégradation de la qualité de l’air mais découlera bien du changement de méthode de calcul de cet indice, de l’abaissement de seuils pour certains polluants et de l’intégration des particules fines PM2,5. » Inconvénient : il sera difficile de faire des comparaisons entre 2021 et les années précédentes pour mesurer l’évolution de la pollution, par exemple dans l’agglomération tourangelle.

Plus d'infos sur www.ligair.fr où sont publiés les indices quotidiens.