Tours

Une nouvelle sortie de l’A10 aux Atlantes ? Dossier « urgent » pour le maire de Saint-Pierre-des-Corps

Il y a eu un débat sur le sujet au conseil métropolitain.

L’A10 dans l’agglo de Tours c’est deux sorties dans le secteur de Tours-Nord et Parçay-Meslay, un échangeur à Tours-Centre, une demi sortie à Saint-Avertin, et deux possibilités d’accès au sud à Joué et Chambray. 6 échangeurs... et peut-être bientôt 7.

Dans les cartons depuis 2006 au moment du chantier de construction d’Ikea, la création d’une sortie à hauteur des Atlantes et de Rochepinard revient sérieusement dans l’actualité 14 ans plus tard, en cette fin d’année 2020. C’est le nouveau maire de Saint-Pierre-des-Corps Emmanuel François qui pousse fort pour que des travaux démarrent. Il s’exprimait ce jeudi soir au sein du conseil métropolitain :

« Il faut désenclaver notre commune, c’est urgent. Cela nous permettrait aussi de délester le trafic sur la levée de la Loire : chaque jour il y a 18 000 véhicules qui passent par là, des particuliers ont creusé leur cave sous la route... La digue est fragile, elle nous protège des inondations et il faut le prendre en compte. Si ce projet se concrétise nous serons gagnants car le trafic vers l’est de la Métropole passerait par des zones industrielles et épargenrait les riverains. »

L’idée ce serait de construire un échangeur au niveau d’Ikea et des Atlantes, du côté du Pont d’Arcole. Donc aux frontières de Tours, Saint-Pierre-des-Corps et Saint-Avertin. Un projet à plusieurs millions d’€, qui est donc en réflexion depuis plusieurs années et qui avait également été évoqué dans le mandat 2014-2020 quand il a commencé à être question d’un réaménagement de l’Avenue Jacques Duclos qui relie les Atlantes à La Ville-aux-Dames.

Un nouvel échangeur ok... mais pour quoi faire ? Pourrait-il se substituer à celui de Tours-Centre comme semblait l’envisager le vice-président Christophe Boulanger qui est chargé des mobilités dans le cadre d’une interview à la NR ? L’hypothèse d’une fermeture la sortie qui donne sur le Boulevard Heurteloup et le rond-point des Français Libres a fait bondir pas mal de monde, en particulier l'élu d'opposition de Tours Thibault Coulon qui a abordé le sujet lors de la réunion, au détour d'une délibération sur les infrastructures... Forcé de s'expliquer après son intervention, Christophe Boulanger a clarifié sa position devant les élus :

« L’échangeur de Rochepinard me semble nécessaire pour décharger le flux de voitures sur le Boulevard Heurteloup mais ça ne veut pas dire que l’on ne veut plus de voitures. A cet endroit, il y en a qui veulent un tram, d’autres des pistes cyclables, d’autres trois files de voitures... A un moment, il faudra quand même faire un choix et je pense que ce n’est pas dans l’air du temps de garder ce volume de trafic routier. Ce n’est pas pour autant que l’on va interdire l’accès à la ville. »

ll ne le dit pas clairement mais l’élu de la ville de Tours ne demande pas de fermeture de Tours-Centre, simplement une solution pour qu’il y ait moins de monde qui l’emprunte. Ce que veut aussi le maire de Saint-Pierre-des-Corps : « Toutes les villes en France demandent des ouvertures d’échangeurs. Pas une ne demandera de fermeture, ce serait une bêtise. »

« Cela fait des années que Tours-Centre est congestionnée, la vie des riverains n’est pas évidente mais si on la fermait on inverserait le problème car les voitures passeraient par l’Avenue Pompidou » observe de son côté Frédéric Augis, maire de Joué-lès-Tours et vice-président en charge des infrastructures. « L’objectif global c’est de réduire les circulations polluantes. Il faut une étude globale de circulation mais ce projet me semble être une opportunité » estime le maire écologiste de Tours Emmanuel Denis, « d’autant que cet échangeur permettrait un accès direct à la gare. Nous réfléchissons d’ailleurs avec la SNCF pour aménager des parcs de stationnement dans la ZAC de Rochepinard » ajoute Emmanuel François.

Reste à voir quand le projet pourrait se concrétiser... Ce sera forcément dans plusieurs années car il faudra faire des études, trouver les financements (potentiellement avec le plan de relance post-Covid du gouvernement)... Et résoudre un problème de taille : la zone est déjà très encombrée entre le centre commercial, les habitations et les axes routiers. L’élu d’opposition de tours Christophe Bouchet fait ainsi remarquer que l’on peut faire « au maximum » trois branches et non 4. C’est-à-dire que dans un sens on pourrait par exemple entrer sur l’autoroute... mais pas en sortir, comme pour Saint-Avertin. Une difficulté qui rend assez essentielle la sortie de Tours Centre.