Tours

Tours : fin de conseil municipal houleuse

En colère, le groupe d’opposition « Tours Nous Rassemble » a quitté la salle.

Contrairement aux fois précédentes, nous allions écrire que le conseil municipal de Tours du mercredi 16 décembre fut de bonne tenue avec des débats riches, pertinents, où oppositions et majorité municipale, chacune dans leur rôle ont joué leur partition, sans grandes digressions et sans (trop de) recherche de vaines polémiques… Il faut croire que les 11h de séance ont finalement été de trop. Il aura fallu en effet attendre la toute fin du conseil sur les coups de 20h pour que le clash éclate.

L’ordre du jour arrivait pourtant à sa fin et les élus en étaient aux traditionnels vœux des groupes politiques qui clôturent les séances. C’est un vœu porté par le groupe « Tours Nous Rassemble » qui a mis le feu aux poudres.

Porté par l’ancien adjoint à la sécurité Olivier Lebreton, ce vœu proposait de solliciter auprès de l’Etat le renfort et le recrutement de 40 policiers supplémentaires au commissariat de Tours. Ces derniers mois les syndicats du commissariat de Tours réclament en effet plus de moyens et dénoncent des effectifs insuffisants.

Un vœu auquel la majorité a souhaité inscrire un amendement en intégrant une référence au retrait de la loi de Sécurité Globale, jugée liberticide. Inadmissible pour Olivier Lebreton et le groupe « Tours Nous Rassemble » qui après un échange houleux ont quitté la salle du Conseil Municipal.

« Cet amendement dévoie notre vœu » explique après coup Olivier Lebreton toujours remonté contre le maire Emmanuel Denis et sa majorité. « C’est un déni de démocratie auquel on a assisté car nous n’avions pas reçu leur amendement avant et qu’il change complètement le sens de notre vœu. Avec ce dernier pourtant, Emmanuel Denis aurait pu s’en sortir la tête haute, montrant qu’il n’était pas contre la police malgré sa participation à une manifestation il y a une dizaine de jours. »