Tours

2e ligne de tramway : pourquoi le passage par les Tanneurs n’a pas été retenu

Alors que des voix s’élèvent de nouveau pour réclamer cette option.

Un projet comme celui d’un tramway ne fait rarement l’unanimité tant il est impactant. Le projet de deuxième ligne de l’agglomération tourangelle n’échappe pas à la règle. Régulièrement des souhaits et volontés s’expriment, réclamant d’autres tracés ou solutions que celles envisagées. Il y a eu le débat sur le boulevard Royer en 2018, aujourd’hui c’est autour de la place Jean Jaurès que les discussions se cristallisent. D’autres voix s’élèvent encore pour réclamer un autre tronçon, via la rue des Tanneurs et les bords de Loire. Ce choix, défendu politiquement par le groupe municipal d’opposition « Les Progressistes » a trouvé écho également auprès des habitants. Lors de notre questionnaire sur le futur de la place Jean Jaurès, une part non négligeable de lecteurs ont ainsi exprimé leur préférence s’il fallait choisir pour un passage via les Tanneurs. Le forum des associations du CHRU de Tours qui regroupe une trentaine d’associations de patients et malades s’est exprimé la semaine dernière également pour défendre ce tracé qui permettrait selon son président une meilleure desserte de l’Hôpital Bretonneau.

Clairement, tant que le projet ne sera pas définitif et pleinement lancé, il faut s’attendre à ce qu’il y ait plusieurs demandes de modification de la sorte.

Un tracé déjà étudié...

Pourtant le tracé retenu par Tours Métropole, s’il relève de choix propres, pouvant être discutés, ne sort pas de nulle part non plus. Le tracé via les Tanneurs avait ainsi été déjà analysé lors des études préalables faites par Tours Métropole en 2016-2017 pour acter le tracé de la deuxième ligne. A l’époque c’est même 22 scenarii de ligne qui avaient été étudiés à partir de 3 grands corridors (Est, Ouest, Sud Chambray). Des scénarii qui prenaient en compte pour chacun les contraintes (nombre de km à construire, impact sur la circulation, le stationnement, le patrimoine bâti, le patrimoine végétal…) mais aussi les résultats de performance escomptés.

Le passage de la ligne par les Tanneurs avait ainsi été étudié à cette occasion. Si sur le papier le tracé se révélait pertinent par le fait qu’il emprunte un long tronçon commun avec la ligne A de la place Jean Royer jusqu’à la place Anatole France, faisant ainsi économiser de précieux kilomètres de rails (un km est estimé entre 23 et 25 millions d’euros), en revanche ses performances étaient jugées insuffisantes, pour les mêmes raisons. La capacité de ce tracé n’atteignait en effet selon ces mêmes études que 77% de celle par le boulevard Béranger finalement choisi.

Parmi les contraintes fortes notées à l’époque on retrouvait un impact fort sur les arbres du boulevard Preuilly mais aussi la réduction importante de la circulation automobile ainsi que la suppression de 110 places de stationnement le long de la rue des Tanneurs, un axe traversant Est-Ouest majeur de l’agglomération. Une position qui pourrait être revue aujourd’hui au regard de la mise en place de pistes cyclables transitoires (qui tendent à se pérenniser) au printemps dernier et qui ont contribué à la réduction à une seule voie de chaque côté la circulation automobile sur cette même rue, mais en maintenant le stationnement. Il apparait néanmoins difficillement concevable que Tours Métropole relance de nouvelles études alors même que l'objectif fixé pour la mise en service de la 2e ligne est 2025.

Dans les scénarios étudiés en 2016-2017, la conclusion sur le tracé Tanneurs indiquait par ailleurs qu’il se situait en termes de performances entre le tracé Béranger (le mieux noté) et le tracé Royer (le moins bien noté). Le diagnostic final notait ainsi : « une insertion plus difficile, non recommandée à court terme » et privilégiait « une option BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) circulant en site propre à moyen terme.