Tours

Tours : les restaurateurs vont avoir leur propre Marché de Noël

Entre le 21 et le 31 décembre

C’est une petite remarque qui monte ces derniers jours : pourquoi les 4 emplacements des Marchés de Noël mis en place par la Ville de Tours n’accueillent pas de restaurateurs de la ville, alors même que l’adjoint aux commerces, Iman Manzari avait évoqué cette possibilité ?

Réponse de l’intéressé ce mercredi : "C’est prévu et nous étions en train de travailler sur ce sujet, c’est pourquoi j’ai refusé de répondre aux polémiques."

Pour celles et ceux qui s’en inquiétaient : les différents chalets mis en place (35 au total) accueilleront donc des restaurateurs, mais dans un deuxième temps, pour un Marché de Noël qui leur sera entièrement consacré, entre le 21 et le 31 décembre.

« Nous avons travaillé avec la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI), l’Union des Métiers de l'Industrie de l'Hôtellerie (UMIH), ainsi que les représentants des différentes associations de commerçants de la ville pour mettre en place un dispositif qui soit le plus satisfaisant » explique Iman Manzari. Dès le 21 décembre, restaurateurs, mais aussi cafetiers s’ils le désirent, pourront donc s’installer sur les chalets installés place Anatole France, boulevard Heurteloup, place Chateauneuf et place de la Résistance. Ces derniers pourront proposer des menus en click and collect ou des produits à emporter. Pour l’heure, en raison des restrictions sanitaires, il sera bien évidemment impossible de manger sur place.

« L’idée est de proposer aux restaurateurs une solution supplémentaire pour les aider à affronter la crise, même si on sait que cela ne compensera pas leur fermeture » explique l’élu.

Les cafetiers et restaurateurs qui souhaitent participer doivent se rapprocher de l’UMIH qui pilote l’opération avant le 15 décembre (par téléphone 02 47 61 29 38 ou par mail [email protected]). Un tirage au sort pour déterminer les emplacements sera fait ensuite.

Enfin si jamais il y avait plus de demandes que de places, Iman Manzari l’assure : « notre volonté est d’exclure personne » et envisage d’autres solutions toujours en lien avec l’UMIH.