Tours

L’inquiétante pauvreté des jeunes démontrée par des Tourangeaux

13% d’entre eux vivent avec moins de 885€ par mois.

L’Observatoire des Inégalités c’est une fierté tourangelle : une petite structure basée au Sanitas qui produit des rapports très documentés sur la situation sociale dans notre pays. Avant l’été son équipe avait publié un document passionnant sur les riches. Cet automne elle sort son 2e rapport sur la pauvreté en France... en s’intéressant notamment aux jeunes.

Vous pouvez vous procure le rapport sur le site www.inegalites.fr

En gros voici le tableau : l’organisation recense 5,3 millions de pauvres en France, 8,3% de la population. Toutes ces personnes se débrouillent avec moins de 885€ par mois après impôts et versement des aides sociales. Cette somme équivaut à 50% du revenu médian qui est de 1 770€ dans notre pays (50% des gens gagnent plus, 50% vivent avec moins).

A noter : d’autres structures utilisent un chiffre plus élevé et comptabilisent 9 millions de pauvres. Quelles que soient les données retenues, le constat est implacable : il y a de plus en plus de pauvres... D’après l’Observatoire des Inégalités 350 000 personnes ont basculé dans la précarité de 2013 à 2018.

Et les jeunes dans tout ça ?

« Ce sont les premiers touchés par le ralentissement économique » déplore le rapport tourangeau. Autrement dit : les données contenues dans ces pages et qui datent de 2018 sont alarmantes et elles le seront probablement encore plus dans deux ans quand on aura fait le bilan de la crise du coronavirus. Parmi les 5,3 millions de pauvres vivant en France, la moitié n’a pas 30 ans. Parmi les 18-29 ans on recense 1 million de personnes aux revenus très bas, soit un taux de pauvreté de 12,6% qui est supérieur de 4 points à la moyenne. Et qui augmente : il était de 8% en 2002.

« Le modèle social français évite la pauvreté à 5 millions de personnes mais sa principale faille c’est qu’on n’a pas le droit au RSA avant 25 ans » s’alarme Anne Brunner de l’Observatoire des Inégalités. « Beaucoup de jeunes doivent retourner chez leurs parents faute de moyens financiers » poursuit-elle.

D’autres chiffres éloquents du rapport :

828 000 enfants de moins de 10 ans vivent dans une famille pauvre

39% des enfants de familles monoparentales subissent la pauvreté

Pour éviter une persistance de cette précarité et aider les jeunes à démarrer dans la vie active malgré les difficultés pour trouver du travail, l’Observatoire des Inégalités et plusieurs associations proposent une revalorisation des aides sociales et la transformation du RSA ou de l’ASS versée aux chômeurs en fin de droit en un Revenu Minimum Unique proche des 900€ par mois et accessible dès 21 ans voire dès 18 ans. On vous en parle plus en détails sur 37 degrés.