Tours

Mairies, préfecture, déchetteries… Où déposer vos masques pour les recycler ?

Une centaine de points de collecte sont prévus dans l’agglo de Tours.

Il est conseillé de jeter les masques chirurgicaux après 4h d’utilisation. Quant aux masques lavables en tissu, les plus résistants ne peuvent pas servir plus de 50 fois. Sachant que la pandémie de Covid-19 va durer encore un bon moment, comment faire pour éviter de se retrouver face à une énorme masse de déchets, sans parler des masques jetés par terre et sources de pollution ?

Voilà le gros problème du moment pour les collectivités locales…

Heureusement, on apprend vite avec le coronavirus. Depuis quelques semaines, on commence à voir des articles pour nous dire qu’on peut laver et réutiliser les masques chirurgicaux. Et puis on nous apprend qu’il est possible de recycler l’ensemble des masques… C’est vers cette seconde option qu’on s’oriente à Tours Métropole avec le développement d’un circuit pour récupérer et recycler les masques des 300 000 habitantes et habitants de l’agglomération. C’est-à-dire un potentiel de plusieurs millions de masques chaque semaine. On estime que chaque mois, les masques représentent 60 à 85 tonnes de déchets pour les 22 communes de la collectivité.

L’objectif des élus c’est de déployer un réseau de bornes pour collecter les masques… Un peu comme les piles ou les ampoules que vous ramenez au supermarché. Là, ce sont des tubes en plastiques dédiés aux masques jetables ou aux masques en tissu. Vous les ramenez, vous les mettez dedans et ils sont pris en charge.

Transformer les masques en isolant thermique en tableau de bord ou en t-shirt

Tours Métropole s’est entourée de deux partenaires : Tri 37, entreprise d’insertion spécialisée dans le développement de projets autour du recyclage depuis 1995 (47 salariés), et la startup NeutraliZ Protection Essentielle, basée dans la Cité du Numérique Mame à Tours et qui a développé un procédé pour transformer les masques en composés plastique utilisables dans le BTP pour créer des isolants ou dans l’automobile pour composer des tableaux de bord. Et ce ne sont que quelques exemples. Chaque borne peut contenir environ 8kg de masques, soit entre 1 700 et 1 900 spécimens. Après le ramassage, le contenu est placé en quarantaine et décontaminés avec des rayons UV pour éliminer tout risque de contamination. Ce n’est qu’après que commence le processus de transformation…

Avant de recycler les masques, on enlève leurs élastiques. Ensuite ils sont broyés et traités. Ils peuvent également servir dans l’industrie textile (85 à 90 masques nécessaires pour fabriquer un t-shirt taille adulte).

Vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire : ne jetez plus vos masques à la poubelle, gardez-les dans un sac à la maison en séparant les modèles en tissu des modèles chirurgicaux. Ensuite, vous ramenez tout ça dans les bornes de collecte (une centaine d’ici quelques jours) réparties dans les mairies de l’agglomération tourangelle, à la Cité du Numérique de Mame, à la préfecture d’Indre-et-Loire, à la médiathèque de Chambray, à la mairie annexe des Fontaines à Tours, au Château de Tours, dans les déchetteries de Joué-lès-Tours ou Saint-Avertin… Une carte complète est disponible sur le site de Tours Métropole.

Olivier Collet