Tours

Covid-19 : « Des signes encourageants » en Centre-Val de Loire

Mais il faut attendre avant d’affirmer que l’épidémie régresse.

Un pourcentage de tests positifs moins élevé, des malades qui contaminent moins de monde qu’il y a quelques semaines… Ce vendredi l’Agence Régionale de Santé a fait un point sur l’évolution de l’épidémie de coronavirus en Centre-Val de Loire. Et ce, deux semaines après l’entrée en vigueur d’un nouveau confinement destiné à ralentir la diffusion de la maladie. « Les premiers signes sont encourageants même si l’on ne voit pas de traduction sur la situation sanitaire » résume le directeur de l’autorité de santé Laurent Habert. Ce qui signifie qu’il semble y avoir une baisse des nouveaux cas mais que les hôpitaux sont toujours saturés.

« La 2e vague est à peu près du même ordre que la première voire légèrement plus importante » poursuit Laurent Habert, en indiquant que c’est surtout dans le Loiret, dans le Cher et en Eure-et-Loir que les chiffres sont les plus préoccupants. Ainsi, plusieurs patients ont été envoyés à Tours depuis Orléans, Dreux ou Montargis.

De nombreux foyers d’infections en EHPAD

« Si l’on prend l’ensemble des patients hospitalisés en service de médecine, en réanimation ou en soins de suite (après un passage en soins intensifs, ndlr) on arrive à peu près à 1 000 personnes soit un nombre plus important qu’au printemps » détaille le responsable de l’ARS. Le pic « pourrait être atteint en début de semaine prochaine », c’est donc dans les prochains jours qu’il faudra examiner les chiffres pour voir si la tendance est au reflux dans les établissements de santé. Ce vendredi, 167 personnes Covid-positives sont en service de réa dans les 6 départements ligériens (+9 en 24h) dont 44 en Touraine. On compte 1 292 décès depuis le 1er mars, 319 depuis le 1er septembre dont 66 en Indre-et-Loire.

La situation n’est pas seulement préoccupante à l’hôpital (où les établissements publics sont soutenus par le privé. Ce vendredi, la clinique NCT+ de Saint-Cyr-sur-Loire a accueilli un patient arrivé par avion de Chambéry tandis qu’un autre rejoignait le CHU), elle l’est aussi dans les EHPAD. Sur 313 établissements régionaux, l’ARS en dénombre 83 avec un cluster Covid (dont l’EHPAD du Puygibault de Loches avec 190 cas et 12 morts, mais aussi le Val de Brenne à Auzouer-en-Touraine avec 8 cas ou Debrou à Joué-lès-Tours avec 32 cas chez les résidents et 8 décès en un mois).

Des séjours moins longs en réanimation

Par ailleurs, 31 établissements régionaux accueillant des personnes handicapées sont actuellement considérés comme des clusters.

Bref, « malgré quelques éléments positifs l’épidémie reste bien présente » résume Laurent Habert qui juge que la région s’est « mieux préparée » à cette seconde vague que lors du premier coup de force du virus au printemps. Parmi les signes encourageants : une baisse de la durée moyenne de séjour en réanimation pour les cas les plus graves, qui est actuellement de 10 jours. La prochaine étape c’est le déploiement des tests antigéniques à résultat rapide : le Centre-Val de Loire va en recevoir 176 000 dont 75 000 pour les EHPAD (afin, par exemple, de tester le personnel qui revient de congés… mais pas les résidents car ce dispositif est déconseillé pour les plus de 65 ans). De plus en plus de pharmacies proposent également ces tests.