Tours

[#MIAM] On a goûté Balzac, les nouveaux burgers du Vieux-Tours

Avec des produits locaux.

[#MIAM] c’est la rubrique d’Info Tours consacrée à l’actu gastronomique en Indre-et-Loire. Quand on teste un restaurant, on ne se présente pas et on paie comme tout le monde.

 ------------

A Berlin, Balzac a une chaîne de café à son nom. A Tours, c’est un comptoir à burgers. Dommage, il arrive un peu après l’année de festivités que l’ancien maire avait organisée pour les 220 ans de la naissance du romancier Rue Nationale. D’ailleurs, ce n’est pas dans la principale artère commerçante de la ville que cette nouvelle enseigne apparait mais Rue de la Rôtisserie, dans un secteur à rude concurrence (3 confrères à moins de 2 minutes à pied). D’ailleurs, Balzac Burger remplace l’Authentique Fast Good qui proposait principalement… des burgers. Les habitués ne seront pas dépaysés.

Comme son prédécesseur, ce comptoir à burgers met en avant l’origine de ses produits : 100% Indre-et-Loire nous assure-t-on, avec la photo du producteur de fromages de Sainte-Maure-de-Touraine qui pend au plafond, des viandes achetées à la boucherie bio des Halles, du pain local ou les boissons de La Loère, une marque tourangelle bien connue et bien cotée (autant pour ses bières que ses sodas).

Une chose est sûre : ici on ne passe pas 2h à faire son choix, il est très limité. Un burger au bœuf, un autre au poulet et un troisième en mode végé avec steak de légumes. Comptez 10€50 le burger seul, ou alors optez pour les salades composées à 1€ de moins. On vous proposera ensuite une formule : frites de pommes de terre ou de patate douce, boisson, dessert (cookie, mousse au chocolat…). Détail : les afficionados de Balzac reconnaîtront ses personnages dans les intitulés de la carte (les autres ont intérêt à s’y mettre rapidement).

On opte pour le burger bœuf avec son morbier, des frites de patate douce, du ketchup maison, un thé glacé et une mousse au chocolat. Ça coûte 17€95. Pas donné, mais honnête vu la gamme de l’enseigne.

Est-ce que ça le vaut dans l’assiette ? Ce qui est intéressant c’est que le burger se tient bien et qu’on ne s’en met pas partout. Le pain est TRES généreux en graines, le steak a du goût, et le reste de la garniture aussi. L’ensemble cale bien et il s’accompagne d’une portion conséquente de frites de patate douce (qu’on aurait préférées plus croustillantes, mais qui se marient joliment avec un ketchup maison de bonne facture). Pour le dessert, la mousse au chocolat tient au corps sans manquer de gourmandise. On valide.