Tours

[Face à face] Tours à la pointe du débat sur la 5G

Avec d’un côté une majorité défendant le principe de précaution et une opposition souhaitant que Tours soit ville pilote…

Mardi soir, lors du conseil municipal de Tours, deux vœux en fin de séance ont été proposés sur le même sujet : le déploiement de la 5G. Deux vœux, un de la majorité, l’autre de l’opposition, complètement opposés avec d’un côté le souhait d’un moratoire sur le sujet et de l’autre la volonté que Tours fasse partie des villes pilotes sur le déploiement de ce nouveau réseau.

-------------

- Les contre –

Sans surprise et sur le devant de la scène sur ce sujet depuis plusieurs semaines, Emmanuel Denis, mais aussi son adjoint Antoine Martin (FI), mènent la fronde contre le déploiement de la 5G. La semaine dernière, ils recevaient même le député de la France Insoumise François Ruffin pour un débat sur le sujet. Leurs arguments tiennent en deux axes principaux : d’un côté l’incertitude sur les conséquences sur la santé et de l’autre la nécessité d’un choix opéré par la population. C’est pourquoi la majorité municipale a proposé un vœu (adopté) lors du conseil municipal demandant notamment un moratoire sur le sujet.

- Les pour -

Pour le groupe « Les Progressistes », la 5G est en revanche une opportunité à ne pas louper. Pour les élus d’opposition, Tours ne doit pas rater la marche sous peine de se retrouver à la traîne. A l’inverse de la majorité d’Emmanuel Denis, les élus d’opposition, avancent l’argument de 17 études réalisées dont 14 par des agences européennes, rejetant un danger sanitaire. Pour eux, la 5G va surtout servir aux entreprises ou encore dans le milieu médical, pour qui il peut y avoir de grandes avancées selon leurs arguments.

Si leur vœu de faire de Tours, une ville en pointe sur le sujet a été rejeté, à noter que le deuxième groupe d’opposition « Tours Nous Rassemble » l’a également voté.  

Mathieu Giua