Tours

Loyers HLM, sécurité, tramway... Le débrief du conseil municipal de Tours

Et du mouvement dans l’opposition.

Séance de rentrée ce mardi pour le conseil municipal de Tours présidé par le maire écologiste Emmanuel Denis élu fin juin. Voici un résumé de la séance...

Pas de hausse de loyers dans le parc HLM...

En ouverture de la réunion organisée dans la salle des fêtes de l’Hôtel de Ville, Emmanuel Denis a fait un point sur la crise du coronavirus. Il a notamment annoncé que Tours Métropole ferait voter jeudi une aide d’1 million d’€ aux petites et moyennes entreprises. Pour les foyers les plus modestes, la ville va agir auprès des bailleurs sociaux Tours Habitat et Ligéris afin que les loyers n’augmentent pas cette année. 30% des logements de la ville de Tours sont à coût modéré pour leurs occupants.

Débat sur la sécurité...

Avant même d’aborder l’ordre du jour, l’opposant Benoist Pierre qui fait partie du groupe Les Progressistes a pris la parole pour évoquer « des problèmes de sécurité de manière criante » dénonçant « un silence assourdissant » de la municipalité sur des sujets comme les vols de vélos ou les atteintes physiques aux personnes après l’agression d’un joueur professionnel de Fortnite mi-septembre. « On ne s’attendait pas à grand-chose et on n’a pas été déçus » commente pour sa part Olivier Lebreton du groupe Tours Nous Rassemble.

Emmanuel Denis a répondu en rappelant l’arrivée prochaine de 7 médiateurs supplémentaires dans les quartiers prioritaires et le lancement d’une nouvelle campagne de recrutement de policiers municipaux afin d’atteindre 100 agents sur le terrain.

Sur les vols de vélos, l’élu va demander des financements à Tours Métropole pour installer de nouveaux abris sécurisés en ville (comme celui de la piscine du Lac ou bientôt à Velpeau). « Ne croyez pas que je ne vois pas ces problématiques. Ce n’est pas parce qu’on ne parle pas que nous n’agissons pas. Je viens d’ailleurs de rédiger un courrier au ministre de l’intérieur pour demander l’arrivée de renforts indispensables au commissariat de Tours. » Pour rappel, depuis de longs mois, les syndicats de policiers réclament des recrutements à l’Hôtel de Police. « Nous sommes très préoccupés sur ce sujet » assure Emmanuel Denis.

Tramway...

Ce mardi, Emmanuel Denis a rappelé son souhait de voir la 2e ligne du tramway inaugurée avant la fin de son mandat de maire au printemps 2026. Des aménagements sont envisagés sur le tracé entre La Riche et Chambray-lès-Tours via le Boulevard Béranger à Tours-Centre. Afin d’en discuter, il accepte la proposition de l’ex-maire Christophe Bouchet de réunir une commission générale avec tous les élus d’ici quelques semaines. Un rendez-vous pour débattre de l’actualité du chantier qui pourrait commencer d’ici 2023.

Indemnités des élus...

A l’issue d’une erreur de procédure signalée par la préfecture d’Indre-et-Loire (qualifiée de « fraude » par l’élue d’opposition Marion Nicolay-Cabanne), le conseil municipal a dû élire une seconde fois l’équipe d’adjoints au maire. Du coup quelques ajustements sont faits dans l’équipe : il y a désormais 6 conseillers municipaux délégués auprès du maire au lieu de 3. Stéphane Houques sera par exemple en charge de la coordination du projet municipale.

A noter que la municipalité ne veut pas augmenter l’enveloppe mensuelle d’indemnités pour les élus donc elle réduit celle du maire et des adjoints (pas celles des membres de l’opposition). Membre du groupe d’opposition Tours Nous Rassemble, Thibault Coulon salue « l’effort de modération » de l’enveloppe financière (74 418€ par an). En revanche il souligne « la contradiction avec les augmentations exorbitantes votées au conseil de Tours Métropole (95% pour le président, 30% pour les vice-présidents soit au total 400 000€ par an). »

Du mouvement dans l’opposition...

La conseillère municipale Mélanie Fortier a quitté le groupe Tours Nous Rassemble où elle siégeait jusqu’ici. Elue dans la majorité de gauche au conseil régional du Centre-Val de Loire, elle avait fait alliance avec la droite et le centre lors de la campagne des élections municipales d’où sa présence aux côtés de l’ancien maire Christophe Bouchet. Elle sera désormais élue non inscrite, et donc affiliée à aucun groupe politique.