Tours

L’action sociale au menu du Conseil Municipal à Tours

Avec notamment l’idée d’une épicerie sociale mobile

Dans tout conseil municipal, il y a des sujets qui risquent de créer de longs débats. Ce mardi soir à Tours, on peut s’attendre ainsi à des échanges nourris sur les mobilités lors de la délibération sur l’aide à l’achat de vélos. Il faut dire que la politique cyclable de la nouvelle municipalité a agité l’été avec notamment la fermeture aux voitures du pont Wilson.

Il y a d’autres sujets qui paraissent moins symboliques également, mais tout aussi importants comme ceux liés à l’action sociale de la ville. « Le volet social et solidaire est une priorité du mandat » rappelle même Cathy Munsch-Masset, la première adjointe de la ville de Tours. Cette dernière et la majorité municipale présenteront ce soir plusieurs mesures en ce sens afin d’essayer de lutter contre ce qu’elle appelle « l’effet domino de la crise ».

Le focus est mis notamment sur l’aide alimentaire, avec une volonté de soutien à celles des associations existantes (Croix Rouge, Banque Alimentaire), mais aussi la création d’une épicerie sociale mobile qui tournera dans trois quartiers de la ville : Les Bords de Loire, les Fontaines et Tours-Nord, où les besoins se font selon la Première adjointe.

Parmi les autres sujets qui attirent l’attention de Cathy Munsch-Masset il y a aussi celui concernant les sans-abris et les besoins pour leur proposer des endroits pour se laver. « Il y a actuellement que deux douches ouvertes le matin sur la ville, c’est insuffisant » pointe-elle en expliquant qu’elle travaille avec l’association Emergences pour augmenter ces lieux essentiels. L’idée se porte ainsi sur l’ouverture de 6 douches supplémentaires mais aussi sur la réquisition de vestiaires de gymnases en lien avec les associations sociales pour permettre à ceux qui en ont besoin d’avoir des lieux supplémentaires pour se laver.

Durant la campagne, l’équipe d’Emmanuel Denis avait également mis en avant la nécessité de créer plus de médiation dans le domaine de la sécurité publique, devenue tranquillité publique dans son appellation officielle. La majorité va ainsi proposer ce mardi soir la création de 7 postes d’adultes-relais en complément de la police municipale nous dit-on, afin de prévenir les conflits et incidents. Un poste devrait être créé ainsi dans chacun des 7 quartiers prioritaires de la ville (Sanitas, Europe,    Maryse Bastié, Fontaines, Rochepinard, Rives du Cher, Bords de Loire).

Un volet social qui s’étend également aux questions d’accueil des populations puisque la ville souhaite adhérer à l’Anvita (l’association nationale des villes et territoires accueillants) et mettre en place notamment un « urbanisme transitoire », c’est-à-dire utiliser des logements vides pour mettre à l’abri des familles arrivant à Tours et orientées par la DDCS (la Direction Départementale de la Cohésion Sociale). De quoi permettre de faire un suivi et de mettre en place un parcours d’inclusion explique de son côté Marie Quinton, adjointe à la politique de la ville et au logement.  

Mathieu Giua