Tours

On vous présente le nouveau Directeur Général du Grand Théâtre de Tours

Il est nommé pour les 3 prochaines années.

Après plusieurs mois dans la tourmente, le Grand Théâtre de Tours a un nouveau Directeur Général. Pour rappel, le contrat de son prédécesseur Benjamin Pionnier n’avait pas été reconduit. Une décision prise par le Maire de Tours suite à la crise interne entre une partie du personnel et l’ancien Directeur Général. Son mode de gouvernance était très critiqué et son CV contesté.

Après 50 dossiers examinés, 7 candidats retenus en juillet, c’est finalement le nom de Laurent Campellone qui a reçu l’unanimité du jury. Ce chef d’orchestre de 48 ans à la riche carrière nationale et internationale, a dirigé près de 250 œuvres symphoniques et 50 partitions lyriques à travers le monde. Habitué à la prise de décision notamment après 11 ans en tant que Directeur musical (chef d’orchestre) à l’Opéra de Saint-Etienne, Laurent Campellone semble déterminé à sortir le Grand Théâtre de la crise.

« Il y a à la fois des défis propres à la maison, dont rassurer le personnel, et d’autres défis d’ordres mondiaux dus à la crise sanitaire » explique le nouveau Directeur Général. Une tâche à laquelle il va s’atteler dès jeudi 24 septembre, date de sa prise de fonction.

Cette personnalité motivée et pleine d’ambitions est honorée par l’Equipe municipale. le maire de Tours Emmanuel Denis a salué sa bienveillance envers les équipes et la justice dont il fait preuve. Un avis que partage Christophe Dupin, adjoint à la culture de la ville de Tours, qui souligne que l’ensemble du personnel a à coeur de faire redémarrer la maison.

La saison de spectacles sera dévoilée à la fin du mois de septembre. En attendant, car le poste de Directeur Général est dorénavant dissocié de celui de Directeur musical, Laurent Campellone va s’atteler à inviter des chefs d’orchestre du monde entier. « J’ai promis aux musiciens de les associer aux prises de décision » justifie le chef d’orchestre. Pour les saisons prochaines, Laurent Campellone dirigera 2 des 12 euvres programmées au Grand Théâtre de Tours qu’il décrit comme « un lieu magnifique avec une bonne renommée. »