Tours

Les syndicats espèrent une vague sociale

Ils étaient moins de 1000 à manifester ce jeudi à Tours

Pour leur rentrée sociale, les syndicats (CGT, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, Unef et UNL) avaient appelé à une journée de mobilisation ce jeudi 17 septembre pour dénoncer la politique gouvernementale.

A Tours, c’est dans le cadre d’une manifestation en centre-ville que la mobilisation s’est faite, sans réussir à rassembler au-delà des sympathisants. 600 manifestants selon les autorités, 900 selon la CGT, on a connu en effet plus grande mobilisation à Tours. Peu importe, après plusieurs mois centrés sur la crise du Covid, l’essentiel pour les syndicats étaient de relancer la machine et remettre sur le devant de la scène les enjeux sociaux.

Dans le cortège tourangeau, les blouses blanches des soignants étaient particulièrement bien représentées. Qu’ils viennent du CHU, des services psychiatriques du département ou encore de l’hôpital de Loches, tous se montraient particulièrement remontés contre le gouvernement, accusé selon eux de promesses en l’air suite à la crise sanitaire à laquelle ils furent en première ligne au printemps. « Les moyens ne sont toujours pas là » témoignait ainsi une infirmière en évoquant la question des lits et des moyens généraux hospitaliers. « La prise de conscience pendant le confinement des problèmes n’a pas été suivie de concret. »

Une crise bien présente dans les discours, et notamment ses conséquences sociales craintes mais attendues. « On sait qu’il va y avoir de la casse sociale et des entreprises qui vont en profiter, nous resterons vigilants pour accompagner chaque salarié qui se retrouvera sur le carreau » expliquait de son côté Fabrice de la CGT.

Cette première mobilisation était ainsi perçue par tous comme les prémices d’un automne social.